Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Survie Midi Pyrénées

La FIDH, la LDH et Survie déposent plainte contre Paul Barril pour complicité de génocide au Rwanda

25 Juin 2013 , Rédigé par survie.midipyrenees@gmail.com

 La FIDH, la LDH et Survie déposent plainte contre Paul Barril pour complicité de génocide au Rwanda

L’association Survie, la Fédération internationale des ligues des droits de l’homme (FIDH) et la Ligue française des droits de l’homme (LDH) ont déposé ce lundi une plainte contre Paul Barril auprès du Tribunal de grande instance de Paris du chef de complicité de génocide pour avoir notamment contracté le 28 mai 1994 un accord d’assistance de fourniture d’armes et de munitions et de formation et d’encadrement, avec le Premier ministre du Gouvernement intermédiaire rwandais (GIR), Jean Kambanda.



Paul Barril est un ressortissant français, ancien capitaine de gendarmerie, qui a travaillé dans le domaine de la sécurité et a conseillé différents chefs d’Etats notamment en Afrique, et plus particulièrement au Rwanda. Il a dirigé plusieurs sociétés, dont SECRETS ainsi que le groupe GPB – Groupe Privé Barril.
C’est dans ce cadre que Paul Barril a conclu, le 28 mai 1994, un contrat d’assistance de fourniture d’armes et de munitions et de formation et d’encadrement, avec Jean Kambanda, le Premier ministre du Gouvernement intermédiaire rwandais de l’époque.

La FIDH, la LDH et Survie dénoncent la conclusion et l’exécution partielle par Paul Barril de ce contrat de fourniture d’armes et de munitions et de formation et d’encadrement, alors même que le Rwanda était en plein génocide et que la communauté internationale dénonçait ouvertement les multiples violations des droits de l’homme commises dans le pays. C’est dans ce contexte que le Conseil de sécurité des Nations Unies, par une résolution n°918 du 17 mai 1994, avait notamment adopté un embargo sur les armes interdisant la vente et la livraison « d’armements et de matériels connexes de tous types, y compris les armes et les munitions ».

Paul Barril, qui entretenait des relations privilégiées et de longue date avec les autorités rwandaises, était un fin connaisseur du contexte géopolitique rwandais de l’époque. Il ne pouvait dès lors ignorer les conséquences d’un tel accord permettant d’alimenter les crimes perpétrés au Rwanda durant cette période.

Enfin, l’Instruction devrait permettre de savoir si Paul Barril est seul en cause ou si d’autres responsables français ou d’une autre nationalité doivent être mis en cause.

La FIDH, la LDH et Survie saisissent donc aujourd’hui la justice française afin qu’une information judiciaire soit ouverte à l’encontre de Paul Barril pour complicité de génocide sur le territoire du Rwanda.

Contacts presse :
Eric Plouvier (Survie) : 06 07 79 31 99

Patrick Baudouin (FIDH) : 06 07 62 10 78

Michel TUBIANA (LDH) : 06 82 57 36 1

Lire la suite

La France en guerre au Mali, enjeux et zones d’ombres

20 Juin 2013 , Rédigé par survie.midipyrenees@gmail.com

La France en guerre au Mali, enjeux et zones d’ombres

Edition Tribord, 249 pages, 7 €

Ouvrage collectif de l’association Survie coordonné par Juliette Poirson et Fabrice Tarrit

Postface du professeur Issa Ndiaye.

Le 10 janvier 2013, François Hollande engage l’armée française au Mali pour enrayer une offensive de groupes armés qui occupaient les deux tiers du pays, provoquant le soulagement compréhensible des Maliens. La propagande déployée par l’armée et le gouvernement français pour défendre le bien-fondé et la légalité de son « Opération Serval », préparée de longue date malgré les discours plaidant pour l’intervention d’une « force africaine », est alors relayée par la plupart des médias.

Pourtant l’utilisation du paravent de l’ONU par la France, son rôle autoproclamé de « gendarme de l’Afrique », le recours à des forces supplétives de la Cedeao et du Tchad, les liens ambigus avec le groupe armé du MNLA, la marginalisation des Maliens dans la conduite des opérations militaires et dans les décisions politiques qui concernent l’avenir de leur pays figurent parmi les nombreuses zones d’ombres de cette opération. Ce livre est le fruit d’une enquête de plusieurs mois pour faire la lumière sur les enjeux et les dérives de cette guerre française au Mali.

Table des matières :

  • Introduction
    • Une offensive éclair
    • La nécessité d’exprimer une voix critique
  • Partie 1 : la génèse de la crise et de l’intervention de la France
    • Le Mali
    • Repères historiques sur la relation franco-malienne
    • Le Mali, une « vitrine » démocratique qui a volé en éclats
    • Une implication liée à la préservation des intérêts économiques français
    • Les responsabilités de la France dans l’instabilité du Nord du Mali
    • La « lutte contre le terrorisme » : à géométrie variable
  • Partie 2 : une guerre française
    • Une guerre de reconquête préparée de longue date
    • Une opération de promotion du dispositif militaire de la France en Afrique
    • Le Président, les militaires et les ministres à la manœuvre, le parlement à la traîne
    • Les médias français vecteurs de la propagande de l’armée
  • Partie 3 : habillage multilatéral et cautions africaines
    • L’ONU sous influence française
    • La Cedeao, caution africaine de l’intervention
    • La légitimation de la dictature tchadienne
    • La France, gendarme de l’Afrique pour l’Union européenne
  • Partie 4 : un Mali sous tutelle et toujours instable
    • Les atteintes aux droits
    • La mise sous tutelle politique du pays
    • Le soutien de la France à un projet autonomiste
    • Le mirage de la reconstruction « dans l’intérêt des Maliens »
    • Mise sous tutelle du Mali et militarisation de la région
  • Conclusion
  • Postface par Issa Ndiaye
  • Chronologie (janvier 2012 - avril 2013)
Lire la suite