Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Survie Midi Pyrénées

Mois contre la Françafrique du 7 avril au 13 mai 2008

5 Mai 2008 , Rédigé par survie.midipyrenees@free.fr Publié dans #Actualités françafricaines, communiqués, archives.

Du 7 Avril au 13 mai 2008,
Survie organise un

Mois contre la Françafrique 2008
 

 

Nicolas Sarkozy avait promis, durant sa campagne présidentielle, une rupture avec les régimes corrompus et autoritaires. Et annoncé, lors de son discours d’investiture, une politique de la France au service des droits de l’homme dans le monde. Ces espoirs ont été vite déçus.

Un an après les élections présidentielle et législatives, Survie organise un Moi(s) contre la Françafrique pour relancer le débat en France sur les liens que notre pays continue d’entretenir avec la plupart de ses anciennes colonies africaines : aide au développement dévoyée, interventions militaires, soutien à des dictatures, pillage des ressources, etc.

Peu transparente et de plus en plus critiquée (au Tchad, au Gabon, au Congo, en Côte d’Ivoire...), la politique de la France en Afrique doit faire l’objet d’une véritable réforme : instauration d’un contrôle parlementaire, fin de l’ingérence et respect des aspirations démocratiques des populations africaines.

Afin de donner une audience plus large à ces revendications, Survie organise du 7 avril au 13 mai un mois de mobilisations partout en France : interpellation des élus et sensibilisation du grand public avec des conférences, des projections débats, des tables de presse, des concerts, des manifestations...



1958 – 2008 : 50 ans de République Françafricaine

Cette année, le "Moi(s) contre la Françafrique" se déroulera du 7 avril (date du début du génocide au Rwanda en 1994) au 13 mai (le 13 mai 1958 étant considéré dans l'histoire officielle comme l'avènement de la Vème République et le retour au pouvoir du général de Gaulle).


En 1958, l’instauration de la Vème République par le général de Gaulle (rappelé au pouvoir en pleine guerre d’Algérie) coïncide avec la mise en place de la Françafrique, devenue en quelque sorte consubstantielle d’une République qui s’attachera, jusqu’aujourd’hui encore, à garder une haute main sur les pays africains et leurs ressources naturelles.

La stigmatisation des 50 ans de cette politique, non démocratique, est pour nous l’occasion d’appeler à un changement réel et à une véritable rupture dans ces pratiques par un assainissement des relations franco-africaines.

De nombreux évènements seront organisés un peu partout en France, autour des thèmes suivants : le soutien de la France aux dictateurs, le pillage des ressources,  les biens mal acquis, la réforme de la politique de la France en Afrique (en lien les propositions du Livre blanc), la  présentation de cas "pays" symptomatiques de la Françafrique comme le Tchad, la Centrafrique,  le Niger, le Rwanda, etc.


 

1958 : Aux origines de la République Françafricaine, repères.


"Coup d’Etat constitutionnel" ou "coup d’Etat démocratique" le retour au pouvoir du général de Gaulle en mai 1958, marque l’instauration d’un régime (la Vème République) qui fera tout pour conserver son empire colonial, avant de mettre en place les structures parallèles et illégales (la Françafrique) assurant la dépendance de pays devenus par la suite officiellement "indépendants".

13 mai 1958. Quand la crise coloniale accouche d’une Vème République néocoloniale. Putsch des généraux à Alger demandant la défense de l’Algérie française et le retour au pouvoir du général De Gaulle.

1er juin 1958. De Gaulle reçoit les pleins pouvoirs.

28 septembre 1958. Adoption de la constitution de la Vème République et naissance de la Françafrique. Conjointement au référendum sur la nouvelle Constitution, un projet de Communauté française (dernier nom donné à la communauté de destin entre la France et ses colonies) est soumis au vote des colonies devant accepter de s’en remettre à la Métropole pour l’exercice des attributs de la souveraineté internationale. Ultimatum plutôt que référendum en réalité. Ce projet qui remporte 90% de "Oui", ne prévoit nulle part le droit à l'autodétermination, l'alternative offerte aux colonies africaines étant simple : soit accepter la Constitution et s'associer à la France dans le cadre de la Communauté, soit la rejeter et faire sécession. L’indépendance immédiate synonyme de rupture avec la France est brandie en menace par de Gaulle qui dira face aux auditoires africains en août 1958, au cours de ses escales guinéenne et sénégalaise, « la Communauté est à prendre ou à laisser ».

Le "Non" de Sékou Touré a pour conséquence immédiate l’indépendance la Guinée française, traduisant ipso facto la rupture avec la France et l’intransigeance de de Gaulle. Ainsi, le référendum sur la Vème République va-t-il de pair avec un maintien sous dépendance.

21 décembre 1958. De Gaulle est élu président de la République.

Les années 1960, vague d’indépendances ? Si de Gaulle infléchit sa position sur les accessions à l’indépendance des colonies françaises, c’est pour mieux orchestrer avec l’aide de Foccart, de fausses indépendances, une servitude politique, économique et monétaire. La Vème République a fait de l’assujettissement de l’Afrique le ressort de sa puissance, dissimulé sous des relations d’amitié entre chefs d’Etat.



Programmation sur Toulouse et sa région  :

Samedi 19.04.08 : Commémoration du génocide du Rwanda avec la communauté rwandaise…à partir de 17H00

Mercredi 30.04.08 : Conférence à la salle du Sénéchal à  19H: "Nicolas Sarkozy : la Françafrique décomplexée ?", par samuel Foutoyet.

Mardi 6.05.08. Projection de « la voie est libre » de Vincent Munié au cinéma le Mermoz de Muret.et rencontre  sur le thème de la privatisation des services publics en Afrique

Mardi 6.05.08. Concert de Tiken Jah Fakoly à Montauban (Alors chante...)

Mercredi 13.05.08 à 19H30: Projection  de « génocidé » de S. Valentin à Terra Nova en compagnie du réalisateur puis témoignages et rencontre avec des rwandais autour du témoignage de Révérien Rurangwa.

infos développées sur le reste du blog...


Survie organise du 7 avril au 13 mai 2008 un "Mois contre la Françafrique" avec des conférences, des débats, un peu partout en France. A l’occasion de cet évènement, Survie lance une campagne promotionnelle d’adhésion : "1 adhésion à partir de 25 euros = 1 Livre blanc offert". Alors profitez-en. Offre valable jusqu’au 1er juin pour toute PREMIERE adhésion à Survie. 

Lien vers la présentation du Livre blanc pour une politique de la France en Afrique responsable et transparente 

Pour bénéficier de cette opération, téléchargez le bulletin  

Document PDF - 118.9 ko

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article