Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Survie Midi Pyrénées

Lettre à la Banque Européenne d’Investissement: Financement des mines d'uranium d'Areva

10 Septembre 2008 , Rédigé par survie.midipyrenees@free.fr Publié dans #Actualités françafricaines, communiqués, archives.

vendredi 12 septembre 2008,


"Les Amis de la Terre" : Lettre à la Banque Européenne d’Investissement: Financement des mines d'uranium d'Areva


ci-joint le courrier envoyé par les Amis de la Terre au Président de la Banque européenne d'investissement et aux Vice-Présidents concernés sur un éventuel soutien de la banque aux mines d'uranium d'Areva au Niger.  Survie y a appporté son soutien.


Les Amis de la Terre A Philippe Maystadt, Président

 

Objet : éventuel financement de projets miniers d’Areva


Monsieur le Président,

Nous vous écrivons suite à la publication de plusieurs articles faisant état de l’intensification des activités minières d’Areva en Afrique (1). Nous supposons qu’Areva aura besoin de financements pour mettre en oeuvre ces projets. Notant que la BEI a récemment approuvé un prêt de 400 millions d’euros en faveur pour l’usine d’enrichissement d’uranium du Tricastin, nous souhaiterions :


- savoir si Areva vous a déjà contacté pour des projets de mine d’uranium en Afrique,
- vous apporter quelques informations sur le passif de l’entreprise dans ce domaine.


Comportement irresponsable d’Areva au Niger


En effet, Areva est réputée pour sa gestion déplorable des mines d’uranium en Afrique, en particulier au Niger, où ses filiales, la Cominak et la Somair, exploitent l’uranium depuis les années 70. Nous nous appuyons ici sur ces deux exemples et sur les études de la Commission de Recherche et d’Information Indépendantes sur la Radioactivité (CRIIRAD) et de l’association Sherpa sur le terrain pour illustrer les très sérieux problèmes entourant l’exploitation des mines d’uranium par les filiales d’Areva (voir rapports ci-joint).


Des études et mesures effectuées par la CRIIRAD entre 2004 et 2005 démontrent que les activités d’exploitation de l’uranium ont provoqué de graves contaminations des eaux distribuées aux travailleurs et à la population, avec des taux de contamination aux particules alpha (parmi les plus dangereuses pour la santé humaine) 7 à 110 fois supérieures aux seuils recommandés par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) et le dépassement des normes de potabilité internationales. Informée par son laboratoire d’analyse, l’entreprise se contente d’ignorer le problème. L’enquête de la CRIIRAD observe également la dissémination de ferrailles contaminées dans la population, ainsi que le stockage de montagnes de déchets hautement radioactifs non recouverts et dispersables par les vents. Des gaz radioactifs sont également rejetés à l’air libre, exposant toutes les communautés alentour. Ces contaminations de l’air, des sols et de l’eau se poursuivront sur plusieurs générations.


L’association Sherpa, qui a conduit plusieurs visites sur le terrain dénonce l’absence de protection et d’information des ouvriers. Pendant plus de quinze ans, ceux-ci ne portaient aucun masque de protection et n’avaient reçu aucune formation sur les risques de la radioactivité. Si la santé des mineurs et de leur famille est, dans ces conditions, déplorable (maladies pulmonaires multiples), ils sont totalement désinformés : des médecins avouent ainsi faire sciemment de faux diagnostics en cas de cancer, quand le patient n’a pas les moyens de payer les traitements appropriés.


A la suite de ces études, Areva s’est vu attribuer en 2008 le Public Global Eye Award, qui « récompense » les entreprises s’étant distinguées par leur mépris des droits environnementaux et sociaux au niveau international. Malheureusement, le comportement scandaleux d’Areva dans le cadre de ses mines d’uranium ne se limite pas aux opérations au Niger. Vous trouverez ci-joint un point de presse soulevant les problèmes liés aux anciennes mines de l’entreprise au Gabon.


Nos questions à la BEI


Au regard des impacts sociaux et environnementaux très lourds des projets miniers, des dangers particuliers induits par l’exploitation de l’uranium, et du comportement désastreux d’Areva, nous souhaiterions vivement :


- Etre informés de toute collaboration entre Areva et la BEI avant qu’une demande formelle de prêt ne soit formulée
- Etre informés de toute demande de soutien d’Areva à la BEI, dès le premier stade d’évaluation préliminaire du ou des projets
- Rester en contact avec vous sur le sujet, afin de pouvoir vous faire parvenir toutes les informations utiles à votre évaluation des projets dont nous disposons, et ce dès les tout premiers stades de cette évaluation.


En vous remerciant d’avance de votre réponse, nous vous prions de croire, Monsieur le Président, en l’expression de notre haute considération.


Anne-Sophie Simpere Chargée de campagne Responsabilité des acteurs financiers Les Amis de la Terre


Signataires : AITEC (Association Internationale de Techniciens, Experts et Chercheurs), ATTAC France, Collectif « Areva ne fera pas la loi au Niger », IPAM (Initiatives Pour un Autre Monde), ISF (Ingénieurs sans frontières), MIR France (Mouvement international de la Réconciliation), Réseau « Sortir du nucléaire » (Fédération de 830 associations), Association Survie.


(1) “Areva, Technip team up in Africa-focused uranium venture“ Mining weekly, 20.3.2008, ou : “Areva Lands Uranium Miner” Forbes, 15.6.2008, ou encore : “Areva signs uranium mining deal in Africa“, International Herald Tribune, 2.8.2008


- CRIIRAD
-  Les Amis de la Terre

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article