Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Survie Midi Pyrénées

KATANGA BUSINESS, Projection débat le 4 juin à Utopia Toulouse

3 Juin 2009 , Rédigé par survie.midipyrenees@free.fr Publié dans #Débats, films et conférences

Jeudi 4 juin 2009 à 20h30 à Utopia Toulouse,

Du 03/06/09 au 16/06/09 à Toulouse

KATANGA BUSINESS

Thierry MICHEL - documentaire Belgique 2008


la première projection sera suivie d’un débat avec l’association SURVIE (pour cette soirée, achetez vos places à l’avance, à partir du samedi 23 Mai). Pour débattre avec nous et mieux comprendre la prédation politique et économique en RDC et plus largement en Afrique, nous invitons deux spécialistes de la région. le premier, Alain Deneault, est l’auteur de Noir Canada : Pillage corruption et criminalité en Afrique. Le second, Vincent Munié, est journaliste et documentariste, membre de Survie.

KATANGA BUSINESS

Il est de par le monde des zones considérées par l’imaginaire occidental comme des zones grises, des zones confrontées à des crises sans fin ou à des conflits gelés. La plupart des politiques et des analystes ont renoncé à les comprendre, préférant laisser place au fantasme d’une barbarie structurelle qui échapperait à toute tentative de solution politique intelligente. Il en est ainsi pour l’Afrique centrale. Le discours de notre nanoprésident à Dakar illustre parfaitement cette bonne conscience de supériorité et cette incompréhension crasse de tout un continent. Le génocide rwandais a longtemps été présenté par les médias comme l’unique conséquence des conflits interethniques répétés dans la région des grands lacs. Pourtant on sait aujourd’hui quel fut le rôle de la colonisation belge dans la montée des haines et quel fut, au moment du conflit, celui pour le moins ambigu de la France. Concernant le Zaïre, devenu République Démocratique du Congo, le pays est aussi représenté comme celui des guerres inextinguibles, des dictateurs cannibales aux chapeaux de léopard…



Pourtant, inlassablement, certains tentent de comprendre ce pays, d’en analyser les ressorts historiques, sociaux, économiques. Le cinéaste Thierry Michel est de ceux-là, il y a consacré une grande partie de sa vie à travers deux superbes films moult fois primés : Mobutu, Roi du Zaïre où il réglait son compte autant au dictateur qu’à tous les dirigeants qui l’avaient cautionné de par le monde (de De Gaulle à Mao) et Congo River, splendide voyage fluvial à la rencontre d’un pays meurtri, entre enfants soldats et mineurs clandestins du Katanga. Pour ce troisième opus, c’est justement au Katanga, cette région immensément riche de minerais (comme a dit justement l’ancienne ministre malienne Aminata Traore, l’Afrique est non pas malade de la pauvreté mais de ses richesses), que le réalisateur nous emmène. Une région principalement connue pour sa tentative de sécession en 1978, suivie de l’intervention des paras français.

Et pourtant la région que l’on découvre sous la caméra de Thierry Michel est d’une complexité fascinante. Fascinante parce qu’y subsiste une vraie conscience de classe de la part de mineurs qui, pour certains, vécurent l’exploitation des colons belges qui leur forgea une tradition syndicale, puis la dislocation de leur outil de travail par le gouvernement corrompu et irresponsable de Mobutu. À cette histoire sociale se superpose une histoire économique tout aussi passionnante, parce que se concentre au Katanga un condensé des guerres économiques mondiales. Face aux derniers patrons paternalistes belges restés dans l’ancienne colonie, se trouvent désormais des investisseurs anglo-saxons, autant soucieux de leur image internationale que du rendement de leurs actionnaires, mais aussi les Chinois, prêts à investir des sommes colossales pour reconstruire les infrastructures du pays s’ils peuvent ainsi remporter le juteux marché du nickel et du cobalt katangais. Et Katanga Business s’avère être un formidable cours de géopolitique mondiale mais aussi de macroéconomie intégrant la microéconomie (notamment celles des creuseurs, ces mineurs illégaux avec qui il faut bien composer si on veut éviter l’explosion sociale).

Mais au-delà de la démonstration brillantissime, Katanga Business est avant tout une saga africaine, avec des personnages détonants : René Nolleveaux, le vieil ingénieur belge revenu au Katanga après 30 ans pour reconstruire une mine ; Paul Fortin, un avocat canadien qui a bien du mal à être l’administrateur de la Gécamines qui va à vau-l’eau ; ou Monsieur Min, l’ingénieur chinois qui promet de reconstruire le pays. Mais il y a surtout l’incroyable Moïse Katumbi, le gouverneur bellâtre de la province, croisement improbable de Silvio Berlusconi pour la démagogie et le sens de la communication et d’Hugo Chavez pour le souhait semble-t-il sincère de répondre un minimum aux aspirations du peuple, si besoin avec des décisions pour le moins radicales.







Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article