Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Survie Midi Pyrénées

« LE JUGEMENT DES LOIS » Mise en procès contradictoire et polémique du Code Noir, Toulouse, 24 Juin

20 Juin 2011 , Rédigé par survie.midipyrenees@free.fr Publié dans #Festivals, concerts, théâtre,...

 

  

« LE JUGEMENT DES LOIS »  


Mise en procès contradictoire et polémique du Code Noir,  

du Code de l’Indigénat et du Code des Etrangers 

   
 
Le vendredi 24 juin 18h
Au Théâtre de La Digue à Toulouse
Réservation indispensable au 05 61 42 97 79 ou info@ladigue.org

 

 

Distribution : 


Avocat : Jérôme Giusti  

Comédienne : Maylis Isabelle Bouffartigue  

 

Participation exceptionnelle au débat :


Olivier Lecour Grandmaison

 Historien, spécialiste de l’Histoire Coloniale et des questions de citoyenneté. Il enseigne les Sciences Politiques à l'Université d'Evry et au Collège International de Philosophie.
Louis Sala-Molins
  Professeur de Philosophie Politique à Toulouse II.


« Le Jugement des Lois » est un objet périphérique au travail artistique de la Compagnie « Monsieur Madame ». Au seuil du théâtre, cette série de procès fictionnels nous conduit sur les chemins de l'histoire et des cultures. Se pencher sur la loi et particulièrement, celle des étrangers, c'est aussi questionner l'interculturalité. N'a-t-on pas tous été confrontés à l'étrangeté du texte de loi et à son opacité, laissant place à un sentiment d'errance, d'impuissance et de manque d'autonomie ?


Dans « Le Jugement des Lois », la loi désacralisée devient un matériau de réflexion qui appartient à tous. Nul n’est censé l’ignorer et chacun est légitime à la juger, la critiquer et la réformer.
 
« Le Jugement des Lois » jette des ponts à travers l’Histoire pour mieux stigmatiser le Code des étrangers actuel, expliquer de quoi il se nourrit et démontrer que l’Histoire se répète, autrement. Nous mettons en accusation la loi et le politique et démasquons leur complicité, le droit servant toujours l’économie et l’économie justifiant toujours le droit. Nous prenons enfin à partie le public, spectateur autant qu’acteur de cette mise en procès. Tous objets et sujets de droit !

Noir-chose, dont les maîtres pouvaient user, tirer les fruits et aliéner à leur guise …
Indigène-sujet de nos colonies et non citoyen de la IIIème République, soumis à une loi spéciale, dite de police …
« Etranger » aujourd’hui, à la France, à nos cultures et à nos valeurs, régi par un Code en réglementant l’entrée, le séjour et la sortie …

Il y a entre ces « catégories » d’individus, par essence juridique et par définition légale, différentes de nous les autres, malgré le temps passé, les empires tombés, les territoires remembrés, un lien indéfectible, un instrument de comparaison ultime, une même marque qui traverse l’Histoire, notre histoire. Esclaves, indigènes et étrangers, ils étaient et sont encore soumis à une législation d’exception, un Code : le Code Noir, hier, le Code de l’Indigénat, naguère et le Code de l’entrée et du séjour des étrangers en France, aujourd’hui. Tous objets, sujets et étrangers de droit.
Jérôme GIUSTI


 Références :

  • « Le Code Noir ou le calvaire de Canaan », Louis Sala-Molins, éd. PUF
  • « Coloniser, exterminer » Olivier Le Cour Grandmaison, éd.Fayard
  • « De l’Indigénat », Olivier Le Cour Grandmaison, éd. Zones
  • « Les esclaves noirs en France sous l’Ancien Régime (XVI-XVIIIèmes siècles) » Marcel Koufinkana, éd. L’Harmattan
  • « Codes Noirs », éd. Dalloz, Introduction de Christiane Taubira
  • « Petite histoire de l’Afrique », Catherine Coquery-Vidrovitch, éd. La Découverte
  • « L’affaire de l’esclave Furcy », Mohammed Aïssaoui, éd. Gallimard



 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article