Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Survie Midi Pyrénées

Articles récents

Radio françafrique n° 29 Spécial Sahara occidental

10 Février 2011 , Rédigé par survie.midipyrenees@free.fr

Dimanche  13 février 2011 à17h rediffusion  le 3è samedi du mois à 9h.

sur Radio Campus Toulouse 94 mhz  


 Radio françafrique n° 29
Spécial Sahara occidental
http://www.oulala.net/Portail/IMG/jpg_AFRIQUE-SaharaOccidental-01-01.jpg
Ce mois ci, "Françafrique" n° 29, l’émission radio de l’association SURVIE sur la Françafrique, cette relation particulière de la France avec ses anciennes colonies, aborde les problèmes du Sahara Occidental, ex colonie espagnole, et des territoires occupés par le Maroc. Nous reprenons une grande partie de l'émission de Survie-Paris diffusée sur Paris Plurielle et les musiques du groupe sahraoui El Walli. Salah Hmatou Amaidane, jeune sportif sahraoui de haut niveau né à El Aaiun en territoire occupé par le Maroc, contraint à l'exil témoigne.

Pour écouter l'émission en ligne: http://www.afriradio.net/auteur51.html 

Lire la suite

Réunion –débat le 10 février 2011 : Pour des biens publics à l'échelle mondiale

8 Février 2011 , Rédigé par survie.midipyrenees@free.fr Publié dans #Débats, films et conférences

T-O-U-LO-U-S-E 

EN ROUTE POUR DAKAR

Réunion –débat le 10 février 2011

Salle Sénéchal à 20h30 -Rue Rémusat -Toulouse

  

Pour des biens publics à l'échelle mondiale : l'accès à la terre, à l'alimentation et à l'eau


Avec Alain Bonnassieux, géographe,  Michel Metz, ATTAC, Collectif Anti-OGM,  Réseau Semences Paysannes,  Christian Ponticelli, FRAB Midi-Pyrénées, Fédération Régionale de l’Agriculture Biologique, Lucien Sanchez, Eau Secours 31, Patrice Garesio SURVIE MP , Terre de liens (sous réserve)

/ Animation :  Bérénice Dondeyne, ADEPES


Cette rencontre rassemble des acteurs opérant localement ou sur des pays dans le cadre de la coopération et la solidarité internationale sur des thématiques diverses (développement local, économie solidaire, agriculture durable, solidarité internationale, recherche..). Le débat sera organisé sur trois questions  auxquels répondront les intervenants en interaction avec le public présent.

Nous souhaitons établir des liens entre les dynamiques opérantes au Sud comme au Nord, initiatives concrètes capables d’instaurer et de préserver la notion de biens publics dans une vision partagée de gestion des ressources et de développement de l’humanité.


Question 1 - que représente aujourd’hui la notion de biens publics et./ou biens communs ?

Question 2 -que signifie concrètement la souveraineté concernant l’accès à la terre, l’alimentation et l’eau ? Exemples d’expériences

Question 3- quelles gouvernances associer à la mise en œuvre de biens communs de l’échelle locale à l’échelle mondiale ? Les  communautés d’intérêt font-elles sens ?

 
 

Qu’on aborde  la question des  semences en agriculture ou celle de  l’emprise foncière au Nord comme au Sud,  qu’on réfléchisse à la  gestion et l’accès à l’eau, l’appropriation des biens communs semble échapper de multiples façons aux citoyens et aux états. Quels sont  les moyens et les stratégies possibles de réappropriation? Quelles actions concrètes sont menées, preuve d’un renversement possible tant au niveau citoyen que public ?


Une analyse du contexte réel sera faite au plus près des actions et réflexions de chacun. Si la réalité aujourd’hui semble d’abord complexe, non modifiable, (le « there is no alternative » de Margaret Thatcher..), il apparaît cependant que des mécanismes assez simples doivent être expliqués. Par cette « éducation populaire », pouvons-nous être en mesure d’agir à notre échelle et comment ? La porosité des instances décisionnelles et des firmes au niveau mondial est-elle par exemple inéluctable ? Avons –nous capacité à influencer par nos modes d’achat et production les rapports entre pays du Sud et pays du Nord ? Quel lien entre les mécanismes économiques globaux et nos modes de vie quotidiens ? Le rééquilibre environnemental, social et économique peut-il s’instaurer sans une forte poussée citoyenne ?


T-O-U-LO-U-S-E 

EN ROUTE POUR DAKAR

Le Forum Social Mondial (FSM) se tient à Dakar du 6 au 11 février dans le contexte d’une crise structurelle de la mondialisation capitaliste qui continue ses dégâts tous azimuts sans qu’aucune disposition adéquate n’ait été prise pour les juguler et sans qu’aucune décision n’ait été envisagée pour éviter l’apparition d’une nouvelle crise. Ce FSM se tient en pleine crise sociale, suite à la crise financière, au “sauvetage” de la finance par les États puis à l'explosion des plans d'austérité : les citoyens payent la crise au prix fort, tandis que la finance continue à prospérer. Les crises sociale, écologique, alimentaire, géopolitique, toutes intriquées, sont la toile de fond de ce forum, qui mettra en lumière la crise systémique du capitalisme et une crise de civilisation, comme les organisateurs du forum ont souhaité le souligner à travers les thèmes proposés. Le FSM sera évidemment marqué par les luttes sociales pour la démocratie et la justice en Tunisie, en Égypte, en Algérie et dans la région Méditerranée dans son ensemble. Le Forum de Dakar sera aussi un espace de construction des mobilisations internationales. Face au directoire mondial qu'est devenu le G20.


  

Parallèlement,  afin d’élargir la présence du FSM au delà des frontières du Sénégal et au plus près des citoyens, nous sommes invités partout dans le monde à mettre en place des  " Dakar étendu ". Il s'agit par là, d'exprimer la solidarité des mouvements citoyens du monde à l'égard de la société civile Africaine. Face aux désastres sociaux et écologiques provoqués par le capitalisme néolibéral les peuples ont besoin de rassembler leur force et de construire ensemble un projet porteur de l'immense espoir d'un autre monde possible.


Cet espoir, nous le ferons vivre aussi à Toulouse où plusieurs associations se sont regroupées pour mettre en place un Dakar étendu. De nombreuses soirées sont prévues ; elles prendront appui sur des documents audio et vidéo enregistrés à Dakar qui introduiront des débats sur des thèmes que nous avons programmés.

 

Vous trouverez le programme détaillé (ici en PJ) sur les sites :

-          site dédié ; Rue de Dakar" http://fsm31.toile-libre.org;  avec des vidéo, des témoignages, la retransmission en direct de certains ateliers ....

-          ATTAC Toulouse : http://attac-toulouse.org/spip.php?article1320

-          CIDES CROSI , www.cidesdoc.free.fr

-          ADEPES , www.adepes.org

-          SURVIE MP, : http://survie31.over-blog.com

-          Via Brachy, www.viabrachy.com

-          Les Zooms verts , www.leszoomsverts.fr

Lire la suite

Manifestation pour la démocratie en Algérie Samedi 12 février à 11h place du Capitole

7 Février 2011 , Rédigé par survie.midipyrenees@free.fr Publié dans #Manifestations, commemorations

Tunisie, Égypte, en Algérie aussi le peuple dit

“DEHORS"

Manifestation pour la démocratie

en Algérie

Samedi 12 février à 11h place du Capitole 

peuples-opprimes.jpg

 

  À l’appel de : Alternative Libertaire, ASAP, Association France-Tunisie, ATTAC Toulouse, ATLAS, UD-CGT31, Collectif toulousain de soutien au peuple algérien, Coup de Soleil Midi-Pyrénées, Coup Pour Coup 31, CUAL Toulouse centre, Europe Écologie-Les Verts, ETM31, FSU31, FASE 31, Gauche Unitaire, Karavan, LDH, Maison de Quartier de Bagatelle, Mouvement de la Paix (Comité 31), MRAP, NPA31, OCML-Voie Prolétarienne Toulouse, PCF31, Parti Communiste Tunisien, PCOF31, Parti de Gauche31, Parténia, RCD (parti d’opposition algérien), Solidaires31, Survie MP, Tunisie Éveil et Vigilance, Tunisie Solidarité, Tactikollectif.

Lire la suite

Forum Social mondial de Dakar: l'extension toulousaine

5 Février 2011 , Rédigé par survie.midipyrenees@free.fr Publié dans #Débats, films et conférences

Forum social mondial à Toulouse,

suivez ce lien pour plus d'informationshttp://fsm31.toile-libre.org/images/affiche.jpg

Programme du Dakar étendu à Toulouse

  • du 3 au 5 février
    Les Petits débrouillards MP organisent FSM sur le thème sciences et démocratie à Toulouse (Programme à consulter sur leur site http://petitsdebs.free.fr/).
  • le 5 février
    Salle du Sénéchal de 20h30 à 23h30 17 rue de Rémusat, Toulouse
    Ouverture du FSM 2011 : Altermondialisme et féminisme.
    Images & débat sur les enjeux des forums sociaux et les luttes féministes.
    Intervention d’Aïssatou Faye : «  Vies de femmes pauvres et paroles de féministes. Enjeux d’une lutte des femmes propre à la situation de l’Afrique en contexte de mondialisation ».
    Avec Aïssatou Faye (chercheuse au Mirail) ; Mix Cité 31 ; Survie MP ; Attac Toulouse
  • le 7 février
    La Chapelle de 20h à 22h 36 rue Daniel Casanova Toulouse
    Vidéo de rencontres d’habitants de Dakar, lectures de textes et débats
    Avec Via Brachy
  • le 8 février
    Maison de quartier de Bagatelle de 20h à 22h 11 impasse de Bachaga Boualam Toulouse
    Migrations et diasporas
    Avec les Zooms verts et Via Brachy, et le concours de le LDH, RESF, Cimade
  • 10 février
    Salle du Sénéchal de 20h30 à 23h30 17 rue de Rémusat Toulouse
    Pour des Biens publics à l’échelle mondiale : l’accès à la terre, à l’alimentation et à l’eau ; quels enjeux, qu’elles solutions ?
    Avec Adepes ; Attac Toulouse ; Survie MP; le CCFD Terre solidaire.
  • Le 17 février
    Salle du Sénéchal de 20h30 à 23h30 17 rue de Rémusat Toulouse
    A la recherche du bien commun : A qui profite la recherche ?
    Soirée Attac-AMG, avec Claude Layalle
  • le 18 février
    local de « Friture »
    Solidarités internationales et engagement. Organisation d’un débat à partir de témoignages retour de Dakar
    Avec Via Brachy
  • 2ème quinzaine de mars
    Attac Toulouse, CCFD-Terre solidaire et plusieurs autres organisations s’occuperont de lancer la mobilisation face au G8 et au G20 qui auront lieu en France, respectivement en juin et en novembre 2011. Ce lancement se fera à partir d’un évènement qui prendra appui sur le visionnage du film réalisé à Dakar au cours d’un atelier sur ce thème. Le lieu et le date seront déterminés très prochainement.

Retrouvez nous sur http://fsm31.toile-libre.org

Lire la suite

VOTEZ POUR LE PRIX FRANCAFRIQUE 2010 !

25 Janvier 2011 , Rédigé par survie.midipyrenees@free.fr Publié dans #Actualités françafricaines, communiqués, archives.

 

VOTEZ POUR LE PRIX FRANCAFRIQUE 2010 !


L’année 2010 a vu la célébration par la France du cinquantenaire des Indépendances de ses anciennes colonies d’Afrique.

Mais en fait d’indépendances c’est plutôt d’une relation d’exception dont il s’agit, faite du soutien de la France à des dictatures, de corruption et de pillage des ressources naturelles du continent par des entreprises tricolores, avec la complicité des dirigeants africains.

Ainsi, l’année 2010 a plutôt été celle du cinquantenaire de la Françafrique que celui des véritables indépendances, politiques et économiques, des anciennes colonies françaises.

Plusieurs entreprises et personnages se sont tout particulièrement distingués cette année dans la perpétuation de ce système qui continue de priver les populations africaines de leur entière souveraineté.

C’est ce qu’entend dénoncer l’association Survie en organisant ce « Prix Françafrique 2010 ».

Vous aussi, élisez le Françafricain de l’année, parmi les 2 entreprises et 4 personnalités qui ont été présélectionnées !

Cette année les candidats au Prix Françafrique 2010 sont :


Pour voter cliquez ici: www.afrique2010.fr


Le Prix Françafrique 2010 sera remis le 19 février 2011 à la Bellevilloise : 19, 21 rue Boyer dans le 20è à Paris (Métro Ménilmontant) à partir de 18h, en même temps que le prix du colonialiste de l’année, organisé dans le cadre de la Semaine anticoloniale.

Vous pouvez également voter pour le Prix du colonialiste de l'année, cette année les candidats proposés par la Semaine Anticoloniale sont :
Brice Hortefeux, Jean Paul Guerlain, Eric Zemmour, Michèle Alliot-Marie, Riposte Laique et Hubert Falco

Pour voter cliquez ici :  www.anticolonial.net

Diffusez ce message sans limite autour de vous !

Lire la suite

4e Festival International du Film des Droits de l’homme à Toulouse

22 Janvier 2011 , Rédigé par survie.midipyrenees@free.fr Publié dans #Débats, films et conférences

 

4e Festival International du Film des Droits de l’homme

du 23 au 28 Janvier 2011

 

Cinq organisations de solidarité internationale (Acat, Amnesty International, CCFD-Terre solidaire, Oxfam France, Secours Catholique) soutenues par de nombreux partenaires, dont Survie MP, organisent pour la quatrième année consécutive un Festival International du Film des Droits de l’Homme à Toulouse et sa région.


Dossier de presse

 

 

 

 

Cinéma ABC - Toulouse 13 rue Saint Bernard Tarif : 5,5 €  

 

Lundi 24 janvier19h30 : Inauguration du Festival
 

  20h30 : Reconstruire l’Espoir – Soudan, thème : la fragile reconstruction du Sud Soudan
Intervenants : Christian Mailhes, président de l'association Soudan Solidarité
Vincent Mudry, responsable des programmes Urgences Soudan Secours Catholique
 

Mardi 25 janvier 19h00 : Les Enfants perdus de M’Bour – Sénégal, thème : l’exploitation des enfants talibés
Intervenants : Marc Dubreuil, relais Toulousain des Amis de l'hebdomadaire La Vie.

 

Avec table de presse de Survie MP, programme complet : Programme FIFDH 2011 

ou sur http://www.friture.net



Lire la suite

Samedi 22 janvier à 15h, place du Capitole : manifestation pour laTunisie

20 Janvier 2011 , Rédigé par survie.midipyrenees@free.fr Publié dans #Manifestations, commemorations

Ben Ali est parti, la lutte continue en Tunisie

 

La fuite du dictateur Ben Ali est une grande victoire pour le peuple tunisien. Ben Ali, au pouvoir depuis 23 ans, soutenu jusqu'au bout par le gouvernement français, complice et "ami" du despote, a quitté le pays sous la pression de manifestations de plus en plus  massives, expression d'une révolte de tout un peuple qui a payé un lourd tribut à la politique de Ben Ali et à la répression sanglante de ces deux dernières décennies.

Ce mouvement, rassemblant les jeunes, les chômeurs et précaires, les salariés , les syndicalistes, les étudiants et les enseignants, les avocats a fait preuve de courage , de détermination et d'unité. Il a mis en avant, face à des exigences sociales et démocratiques: "le droit au travail", le « droit à une juste répartition des richesses », la « lutte contre la corruption et le népotisme », et la liberté des medias.

 

Ce qui se passe en Tunisie, ce qui se déroule aussi en Algérie, montrent que rien n'est inéluctable. Face au musellement des mouvements sociaux, à la répression, les révoltes populaires sont légitimes.


Le gouvernement tunisien actuel composé en très grande majorité de ministres de Ben Ali, ne représente pas le changement pour le peuple tunisien. En Tunisie la lutte continue contre les anciens de la mafia au pouvoir qui peuplent l'appareil d'Etat et continue à détenir les fruits de leur pillage.


En France la pression ne doit pas se relâcher pour que les avoirs des familles Ben Ali, Trabelsi et leurs satellites soient saisis et restitués au peuple tunisien et afin que toute la lumière soit faite sur la complicité des gouvernements successifs et particulièrement sur celle  éhontée de Sarkozy et son gouvernement qui ont soutenu à bout de bras jusqu'au dernier moment ce régime, proposant même, par la bouche du ministre des  Etrangères Michèle Alliot-Marie, leurs services pour mieux aider le dictateur à réprimer une population en lutte contre la tyrannie. 


Les organisations signataires, solidaires avec la lutte des peuples tunisien et algérien, s'associent pleinement aux espoirs du peuple tunisien et des forces démocratiques pour que s'ouvre une nouvelle page de l'histoire en Tunisie, pour que cette première victoire ne
soit pas confisquée. Nous soutenons les revendications du peuple tunisien: 

-amnistie pour tous les militants injustement condamnés et spoliés par le régime Ben Ali,

-identification et condamnation des responsables des massacres et du pillage économique,

-satisfaction des droits sociaux,

-une vie digne pour tous et des élections réellement démocratiques.

 

MANIFESTATION

Samedi 22 janvier à 15h

Place du Capitole

à TOULOUSE

 

 Premiers signataires : Association France-Tunisie, ATTAC Toulouse, UD-CGT31, Collectif 31 de soutien à la 

jeunesse algérienne, Coup de Soleil MP, CUAL Toulouse Centre, ETM31, FSU31, Gauche Unitaire, LDH, L

utte Ouvrière, Maison de Quartier de Bagatelle, Mouvement de la Paix (Comité 31), MRAP, NPA31,

PCF, Parti Communiste Tunisien, PCOF31, Parti de Gauche31, Parténia, Solidaires31, SUD Etudiants Mirail,Tunisie Solidarité, Tunisie Eveil et Vigilance, UNEF, Survie MP  

Lire la suite

Manifestation toulousaine de solidarité aux peuples tunisien et algérien

13 Janvier 2011 , Rédigé par survie.midipyrenees@free.fr Publié dans #Manifestations, commemorations

 Journée Internationale de solidarité et de soutien aux luttes des peuples tunisien et algérien et contre les massacres en Tunisie

 

En Tunisie, le pouvoir de Ben Ali est aux abois. Les manifestations populaires prennent de l’ampleur à travers le pays, malgré la répression violente de la police. On estime le bilan à une cinquantaine de morts à ce jour. Le mouvement, déclenché par le suicide d’un chômeur, sur fond d’absence dramatique d’emplois et de perspectives, notamment pour les jeunes diplômés, traduit désormais un rejet du régime. Des journalistes, des syndicalistes, des artistes, des jeunes… sont arrêtés dans la logique terroriste d’un pouvoir qui vacille. La terreur, l’accroissement des inégalités, l’absence totale de démocratie, un modèle de développement basé sur les très bas salaires, l’accaparement des richesses par quelques familles, autant de souffrances intolérables imposées au peuple Tunisien qui aspire au départ de Ben Ali et au rétablissement de la démocratie.

Les Algériens et les Tunisiens se soulèvent contre la misère et la corruption pour avoir un emploi et une vie digne et meilleure. Les gouvernements répondent par le mépris, la répression et les éternelles promesses rarement suivies d’effets. La répression est  féroce et sanglante.

Les jeunes algériens et tunisiens refusent la misère et la corruption, ils veulent pouvoir vivre chez eux dignement et librement.

 

Pour les droits syndicaux

Pour les droits démocratiques

Pour exiger l'arrêt de la répression et la libération des militants

Pour dénoncer le silence du gouvernement français et sa complicité avec le régime de Ben Ali

Contre la politique de restriction des visas de la France

Nous appelons à une manifestation

Samedi 15 janvier à 11h

Place Jeanne d'Arc

à TOULOUSE

Solidarité avec les luttes des peuples tunisien et algérien

Ni régime policier ni intégrisme, DEMOCRATIE

 

Premiers signataires : ATTAC Toulouse, Collectif 31 de soutien à la jeunesse algérienne, CUAL Toulouse Centre, ETM31, Europe Écologie-Les Verts, FSU31, LDH, Lutte Ouvrière, Maison de Quartier de Bagatelle, Mouvement de la Paix (Comité 31), NPA31, PCF31, PCOF31, Parti de Gauche, Parténia, Solidaires31, Survie M.P.

Lire la suite

ATTAC France et Survie solidaires des peuples algériens et tunisiens

12 Janvier 2011 , Rédigé par survie.midipyrenees@free.fr Publié dans #Actualités françafricaines, communiqués, archives.

Communiqué, le 12 janvier 2011

 

ATTAC France et Survie solidaires

des peuples algériens et tunisiens 

 

  Attac France et Survie dénoncent les agressions des gouvernements tunisien et algérien contre les jeunes et les manifestants qui expriment leur désespoir contre le chômage, la flambée des produits de première nécessité et l’absence d’avenir.

 

Aux cris de désespoir, ces gouvernements opposent un déchaînement de violence, tournant au carnage en Tunisie. Ben Ali se distingue par un cynisme cruel : au lieu de créer les emplois promis, il crible les jeunes de balles.

Nous demandons l’arrêt immédiat des violences policières, la liberté de manifestation, la mise en accusation des responsables du massacre des manifestants, la libération des détenus politiques et des manifestants arrêtés.

Attac France et Survie rappellent la responsabilité des gouvernements occidentaux et des organisations internationales (FMI, Banque mondiale, notamment) dans la désorganisation des marchés et la spéculation sur les prix alimentaires.

Nous dénonçons leur complicité avec des gouvernements locaux organisés en véritables mafias exploitant leurs peuples, et la complaisance du gouvernement français à propos de la répression sanglante en Algérie et en Tunisie, alors qu’il se prétend un ardent défenseur des droits de l’Homme.


Une longue complicité avec le pouvoir de Ben Ali et la position de la France comme premier client, premier fournisseur et premier investisseur étranger (hors énergie) en Tunisie expliquent qu’il persiste à fermer les yeux sur l’inacceptable. Attac France et Survie expriment leur solidarité avec les peuples algériens et tunisiens.

Emeutes en Algérie et en Tunisie

 

Contact presse :

Stéphanie Dubois de Prisque - Chargée de communication

stephanie.duboisdeprisque@survie.org 

01 44 61 03 25

Lire la suite

Côte d'Ivoire : comment sortir de la crise ? Les propositions de la société civile ivoirienne

10 Janvier 2011 , Rédigé par survie.midipyrenees@free.fr Publié dans #Actualités françafricaines, communiqués, archives.

Côte d'Ivoire : comment sortir de la crise ?

Les propositions de la société civile ivoirienne

  Depuis la publication de notre communiqué sur la situation en Côte d’Ivoire, nous avons reçu de nombreux appels. Le plus souvent, on approuve et on nous remercie, certains cependant nous prennent à partie. Notamment on nous accuse d’ingérence dans la politique de la Côte d’Ivoire, ce qui est assez piquant à un moment où l’ONU, les USA, la France, l’UE, ont pris en main les affaires de ce pays.

Nous reproduisons ci-dessous un communiqué de la CSCI (convention de la société civile ivoirienne). Il nous semble œuvrer dans le sens le plus souhaitable, qui est l’effort pour trouver une solution à l’affrontement actuel entre les deux prétendants à la victoire lors de l’élection présidentielle.

Nous ne souscrivons pas exactement à l’ensemble de cette déclaration, en particulier nous réitérons notre demande du retrait de Côte d’Ivoire de la force française Licorne, qui ne peut, par son histoire passée, constituer un élément d’apaisement et de médiation dans l’épisode actuel aigu d’une crise qui perdure depuis huit ans et qui a coupé le pays en deux.

Odile Tobner, Présedente de l'association SURVIE


CONVENTION GENERALE EXTRAORDINAIRE

SUR LA SORTIE DE CRISE, LES 5 ET 6 JANVIER 2011COMMUNIQUE FINAL

  

La Convention de la Société Civile Ivoirienne a tenu sa deuxième Convention Générale Extraordinaire les 05 et 06 janvier 2011 à la Bibliothèque Nationale en présence de 64 organisations membres sur la centaine que compte la CSCI. L’objectif principal est de proposer des solutions pouvant aider à sortir la Côte d’Ivoire de l’impasse post électorale actuelle. Les propositions portent sur quatre préoccupations majeures : l’apaisement du climat social, une meilleure sécurisation des prochaines élections (législatives, municipales et régionales), une meilleure appréhension du rôle de la communauté internationale en Côte d’Ivoire dans la sortie de crise et la contribution au dénouement de l’impasse du bicéphalisme au sommet de l’Etat.


I –Au titre de l’apaisement du climat social post électoral La Convention Générale Extraordinaire a noté que les principales sources des tensions politiques et sociales sont les médias, les partis politiques, les forces armées et les populations. A cet effet, la CGE fait les recommandations suivantes :


I-1- Concernant les médias

Le pays n’étant pas en guerre, la raison d’Etat invoquée pour confisquer les médias publics à des fins de propagande au profit d’un seul camp est inopportune. Les dispositions suivantes devront être prises avec urgence :

- amener les organes de régulation, notamment le Conseil National de la Communication Audiovisuelle (CNCA), à faire leur travail avec beaucoup plus de rigueur, de vigilance et de professionnalisme ;
- arrêter la propagande politique et la diffusion de messages de haine et de violence dans les médias publics ;
- assurer un traitement équilibré et impartial de l’information dans les médias publics, notamment la RTI (Radiodiffusion Télévision Ivoirienne).
- assurer l’accessibilité des médias publics à toutes les personnes physiques et morales ;
- assurer la couverture de toute l’étendue du territoire national par la RTI ;
- prévoir des tranches horaires dans les programmes de la RTI pour l’éducation civique et citoyenne ;
- faire des émissions dans les langues nationales pour promouvoir la paix et la cohésion sociale ;
- autoriser la réouverture de tous les médias internationaux fermés, dans le strict respect des lois nationales ;
- fermer les médias (écrits et audio-visuels) qui échappent au contrôle du CNCA et du CNP, sur toute l’étendue du territoire national. Ces médias devront, avant d’émettre, se conformer aux lois et règlements en vigueur en Côte d’Ivoire ;
- accorder une plus grande représentation de la société civile dans les organes de régulation (CNCA et CNP).


I-2- Concernant les partis politiques

La CGE a déploré une radicalisation dans les discours et les comportements des partis politiques. Par conséquent, la CGE demande aux partis politiques de :

- éviter le recours aux considérations ethniques, régionales ou religieuses ;
- éviter l’usage d’armes et de la violence comme moyens d’expression et d’action ;
- éviter l’usage des moyens de l’Etat (finance, personnel, matériel, force publique) dans les actions ;
- faire preuve de modération dans leurs prises de position politique ;
- respecter le code de bonne conduite des partis politiques ;
- éduquer les militants à la tolérance et aux valeurs démocratiques. Enfin, la CGE demande aux deux protagonistes (MM. Gbagbo et Ouattara) d’adresser des messages d’apaisement à leurs militants qui devront être diffusés dans les médias publics.


I-3- Concernant les Forces Armées

La Convention Générale Extraordinaire déplore les attitudes partisanes et bellicistes des FDS et FAFN. Elle demande donc :
- la cessation immédiate, par les FDS et FAFN, de toute hostilité, de défiance ou d’annonce d’intention d’hostilité ;
- la réactivation du Centre de Commandement Intégré (CCI) et sa dotation en moyens conséquents pour accroître son efficacité ;
- l’encadrement pacifique des marches et des manifestations conformément à la législation en vigueur ;
- la libération immédiate et sans condition du quartier général du RHDP ;
- la levée immédiate du blocus de l’hôtel du Golf imposée par les FDS ;
- la cessation des rackets sur les routes, entrainant parfois les mouvements de grèves dans le secteur des transports ;
- l’arrêt immédiat dans les zones CNO des blocages récurrents des convois de ravitaillement du marché national en vivres et en bétail ;
- le non recours à toute intervention armée pour le règlement de la crise. Enfin, la CGE demande que les négociations pour la sortie de crise ne s’enlisent pas et qu’elles permettent un dénouement rapide.


I-4- Concernant les populations

La CGE déplore la manipulation des masses populaires par les partis politiques. Trois partis ayant réunie à eux seule 95,5% des suffrages au premier tour de l’élection présidentielle exercent une réelle hégémonie sur les populations. La CGE contacte qu’une telle hégémonie est de nature à entrainer par moments, à entrainer les populations dans des logiques de méfiance, d’hostilité voire de violence. Par voie de conséquence, la CGE demande :

- à la jeunesse de ne pas céder à la manipulation et de refuser de servir de chaire à canon,
- aux chefs traditionnels et aux leaders religieux d’éviter les positions partisanes prise en publique,
- à la population d’utiliser les moyens d’expression démocratique (meetings et marches pacifiques) dans leurs revendications.
- à la population de respecter le droit à la différence.
- la tenue de conseils locaux dans les familles, les quartiers, les communautés etc.
- l’utilisation et la promotion des alliances inter-ethniques pour détendre l’atmosphère post électoral actuel.


II- Au titre des propositions pour améliorer la gestion et la sécurisation des prochaines élections

La Convention Générale Extraordinaire note que des problèmes et des défaillances ont été constatés dans la gestion et la sécurisation du deuxième tour de l’élection présidentielle en Côte d’Ivoire. Ces problèmes et ces défaillances sont en partie responsables de l’impasse post électoral actuel que vit le pays. En conséquence, la CGE suggère :
- la reconstitution entière de la CEI et l’administration de cette institution par la société civile.
- le remaniement partiel du Conseil Constitutionnel en vue du renforcement de sa crédibilité et de son impartialité.
- le désarmement total de tous ceux qui détiennent illégalement des armes en Côte d’Ivoire,
- la réunification effective de l’armée ivoirienne


III- Au titre du rôle de la communauté internationale et de ses rapports avec les autres acteurs.

La CGE reconnait l’importance du rôle joué par la communauté internationale dans la sortie de crise. Elle note cependant que les activités et les prérogatives de la communauté internationale sont souvent méconnues et mal comprise par les ivoiriens. La CGE Suggère donc :

- que l’Opération des Nations Unies en Côte d’Ivoire (ONUCI) poursuivre ses missions en Côte d’Ivoire, mais que celles-ci soient davantage expliquées aux populations ;
- que les forces impartiales complémentaires ne comprennent pas de ressortissants de la CEDEAO et que leur désignation soit faite en accord avec les autorités nationales ;
- que les structures internationales appuient les organisations nationales sans se substituer à elles et sans les concurrencer.


IV- Au titre du dénouement du bicéphalisme au sommet de l’Etat.

La CGE propose :

- la poursuite des négociations jusqu’à la fin du mois de Janvier 2011.
- En cas d’échec des négociations, propose la reprise de l’élection présidentielle conformément à l’article 64 du code électoral en ayant réuni les conditions d’une meilleure sécurisation et d’une totale transparence des élections.

- Enfin la CGE propose parallèlement aux efforts de négociation et de médiation internationale actuellement en cours, la constitution d’un groupe de médiateurs nationaux comprenant :

  • - La société civile ivoirienne,
  • - Les organisations professionnelles et syndicales,
  • - La chefferie traditionnelle,
  • - Et les confessions religieuses.

 

Fait à Abidjan le 06/01/2011

La Convention Générale Extraordinaire

 

Qu'est-ce que la CSCI ?

La Convention de la société civile ivoirienne (CSCI) est une coalition organisationnelle ivoirienne créée en janvier 2003 au départ par la Ligue ivoirienne des droits de l'homme en réponse à la crise politico-militaire en Côte d'Ivoire débutée en octobre 2002. Puis, elle s'est renforcée en 2005 pour représenter l'ensemble des citoyens ivoiriens. Elle a pour but de faire participer les forces vives aux objectifs de la Côte d'Ivoire, de réunir l'ensemble des ivoiriens autour du projet de la nation.

La CSCI est dotée depuis le 15 février 2008 d'une charte de 38 articles définissant la composition et le fonctionnement de la convention. La CSCI est composée de l'ensemble des organisations représentant le peuple ivoirien (centrales syndicales, ONG, partis politique, chefferies traditionnelles, organisation religieuses). Elle comprend au total 132 structures nationales.

Sa mission est de rebâtir la Côte d'Ivoire, mettre en place un nouveau contrat social, assurer la stabilité politique et une démocratie participative, et mettre en place un contrat de développement économique. Le coordonnateur de la Convention de la société civile ivoirienne est Patrick N’Gouan. Son slogan officiel est “Agir ensemble et bâtir durablement”.
Site web : http://societecivile-csci.org/

Le Bureau de Coordination et l'équipe technique de la Mission d 'observation électorale de la CSCI
Lire la suite