Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Survie Midi Pyrénées

Articles récents

Publié depuis Overblog

12 Avril 2015 , Rédigé par survie.midipyrenees@gmail.com

Petit guide de la Françafrique

Un voyage au coeur du scandale

Nouvelle édition 2015/2016 du Petit guide de la Françafrique, avec des fiches entièrement réactualisées. N’hésitez pas à le commander !

Contactez le siège de Survie pour toute commande directe via l’adresse suivante : contact@survie.org ou envoyez-nous votre règlement par chèque d’un montant de 6 € (5 € + 1 € de frais de port) à notre association : SURVIE 107 Bd de Magenta, 75010 Paris Les frais d’envois sont dégressifs lors de commandes en nombre.

La Françafrique, système de domination et d’ingérence basé sur des mécanismes officiels et officieux, n’est apparue dans le débat public qu’au début des années 2000. Devenue dérangeante pour l’image des politiques français, elle fait depuis quelques années l’objet de déclarations tonitruantes (d’hypocrisie et de fausseté) sur la « rupture » ou la « fin de la Françafrique » que revendiquent les présidents français successifs. On reconnaît ainsi, pour mieux les enterrer symboliquement, que les relations criminelles entre la France et les pays de son traditionnel pré carré africain, se sont fondées depuis les indépendances officielles sur le détournement de l’aide publique, le pillage des matières premières, le soutien politique et militaire à des régimes autocratiques et corrompus, la participation directe ou indirecte à des coups d’État et des guerres civiles, etc. Une victoire pour la vérité historique, mais l’enjeu est bien de démontrer que ces relations se perpétuent aujourd’hui, malgré leurs évolutions.

Pour vous aider à découvrir cette Françafrique trop méconnue et ses mutations en cours, l’association Survie vous propose donc cette nouvelle version de son célèbre guide, indispensable à tout voyageur tourné vers l’Afrique et la solidarité internationale. Vous pourrez ainsi découvrir un à un les pays, les principaux acteurs officieux et institutionnels du moment, ainsi que certains des exemples les plus marquants de ces relations criminelles qui perdurent entre la France et le continent africain. Mais le voyage ne serait pas complet sans une virée vers les résistances et les alternatives, que ce guide actualisé n’omettra pas de vous suggérer.

Lire la suite

Une déclassification en trompe l’œil ?

8 Avril 2015 , Rédigé par survie.midipyrenees@gmail.com

Paris, 8 avril 2015 - L’Elysée a annoncé mardi 7 avril la signature d’une décision de déclassification de documents émis entre 1990 et 1995 par la présidence de la République, notamment des notes de conseillers du président François Mitterrand et des comptes-rendus de conseils restreints de défense. L’entourage de François Hollande fait savoir que d’autres archives pourraient suivre, comme celles de l’Assemblée nationale et des ministères des Affaires étrangères et de la Défense, mais sans donner de calendrier.

Communiqué de presse SURVIE, 8 avril 2015

L’association Survie, qui milite en faveur de la vérité et de la justice sur la complicité de l’Etat français dans le génocide des Tutsi au Rwanda, avait fait campagne en 2014 pour la déclassification des archives : elle avait écrit au ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, ainsi qu’à tous les parlementaires, avant de remettre en juillet au ministère de la Défense une pétition en ce sens signée par plus de 7000 personnes [1]. Elle accueille donc cette nouvelle avec satisfaction.

Cependant, il est vraisemblable que les documents mentionnés sont déjà connus. Il s’agit apparemment d’une sélection opérée à l’époque par Françoise Carle, collaboratrice de François Mitterrand. Il n’y a donc pour le moment aucune certitude que l’ensemble des archives de l’Elysée concernant la politique menée au Rwanda, si tant est que toutes aient été conservées, soit rendu public. Le fonds Carle, connu depuis une dizaine d’années, a d’ailleurs été pour l’essentiel publié aux éditions Aviso en 2012, sous le titre Rwanda. Les archives secrètes de Mitterrand. Si, comme cela semble être le cas, la déclassification dont il est question porte sur ce dossier, elle permettra de l’authentifier officiellement, mais n’apportera pas d’informations nouvelles.

Il est donc à craindre que les questions à nouveau soulevées en 2014, lors de la vingtième commémoration, restent sans réponses. Parmi elles : la formation du gouvernement génocidaire dans les locaux de l’ambassade de France à Kigali ; les livraisons d’armes pendant toute la durée du génocide, y compris pendant l’opération Turquoise ; les objectifs réels de cette opération présentée comme « humanitaire ». [2]

Le premier pas vers la transparence que constitue cette déclassification doit s’accompagner d’autres pas bien plus décisifs pour montrer la volonté réelle du chef de l’Etat de contribuer à faire la lumière sur les responsabilités françaises dans le génocide des Tutsi. En effet, dans les dossiers instruits par le pôle « crimes contre l’humanité et génocides » du tribunal de Paris mettant potentiellement en cause des militaires et des responsables français, des demandes de déclassification de documents essentiels n’ont pas abouti. Le président de la République doit publiquement s’engager à ce que les magistrats n’essuient désormais aucun refus.

Il en va de même dans l’enquête sur l’attentat du 6 avril 1994, où le juge Marc Trévidic a repris avec sérieux et impartialité, mais sans qu’on lui accorde les mêmes moyens, le dossier hérité de son prédécesseur Jean-Louis Bruguière. Après avoir pris acte en 2012 que les tirs qui ont abattu l’avion du président Habyarimana sont partis du camp militaire de Kanombe, le magistrat a récemment demandé la déclassification de documents militaires français. Là encore, le président de la République doit s’engager à ce que ces documents soient communiqués au juge Trévidic et à son successeur.

Pour poursuivre le travail de vérité sur l’implication de l’Etat français dans le génocide des Tutsi, l’association Survie demande :

  • la reconnaissance officielle, par les plus hautes autorités de l’Etat, du génocide des Tutsi au Rwanda et des soutiens diplomatiques, militaires et économiques apportés au régime rwandais avant et pendant le génocide par les autorités civiles et militaires françaises ;
  • l’arrêt de la falsification de l’Histoire dans des discours officiels, en particulier en justifiant la politique française par le caractère humanitaire de l’opération Turquoise, alors que cette intervention a surtout permis la protection et l’évacuation des responsables et exécutants du génocide ;
  • la communication aux magistrats du pôle anti-terroriste et du pôle « crimes contre l’humanité et génocides » de l’ensemble des documents, dans l’intégralité de leur texte original, ainsi que des pièces à conviction concernant les dossiers qu’ils instruisent (attentat du 6 avril 1994, plaintes contre des militaires de l’opération Turquoise, rôle de Paul Barril pendant le génocide) ;
  • la communication et l’ouverture totale aux chercheurs et aux citoyens des archives des ministères des Affaires étrangères, de la Défense, de la Coopération (en particulier celles de la Mission militaire de Coopération) ;
  • la communication et l’ouverture aux chercheurs et aux citoyens des archives personnelles des responsables politiques et militaires ayant eu à traiter du Rwanda de par leurs fonctions, en particulier : celles des conseillers du président François Mitterrand, celles du Premier ministre Edouard Balladur, du ministre des Affaires étrangères Alain Juppé, du ministre de la Défense François Léotard, du ministre de la Coopération Michel Roussin, et de leurs conseillers ;
  • l’augmentation des moyens du pôle judiciaire « crimes contre l’humanité et génocides » afin d’accélérer les instructions et la tenue des procès, en particulier pour les plaintes concernant l’implication française.
  • la création d’une commission d’enquête parlementaire pour faire toute la lumière sur les livraisons d’armes aux Forces Armées Rwandaises dans lesquelles notre pays est impliqué, avant, pendant et après le génocide, et la tenue de toutes ses auditions publiquement ;

CONTACT 01 44 61 03 25 / 06 52 21 15 61 www.survie.org

Notes

1. A l’issue de la campagne menée en 2014 à l’occasion des 20 ans du génocide, l’association Survie avait été reçue au ministère de la Défense pour remettre une pétition signée par plus de 7000 personnes demandant la déclassification des archives concernant la politique menée au Rwanda : http://survie.org/activites/campagn...

2. « A quand la vérité ? », article de Raphael Doridant, Billets d’Afrique (avril 2015) http://survie.org/billets-d-afrique...

3. « 20 documents pour comprendre le génocide des Tutsi au Rwanda » http://survie.org/genocide/genocide...

Autres actions menées par Survie en 2014 autour de la responsabilité de l’Etat français dans le génocide des Tutsi au Rwanda (hors demande de déclassification et actions judiciaires) : Sollicitation des parlementaires lors de l’audition d’Hubert Védrine http://survie.org/genocide/implicat... Sollicitation du bureau de l’Assemblée nationale suite à l’audition d’Hubert Védrine

Dans les médias : Tribune de Fabrice Tarrit, Président de Survie, The Huffington Post (7 avril 2014) http://www.huffingtonpost.fr/fabric... Tribune de Raphaël Doridant et Charlotte Lacoste, Le Monde (8 avril 2014) http://www.lemonde.fr/idees/article...

Rappel des revendications de l’association Survie concernant la politique menée au Rwanda : http://survie.org/genocide/genocide...

Lire la suite

Réunion mensuelle de Survie Midi-Pyrénées

5 Avril 2015 , Rédigé par survie.midipyrenees@gmail.com

PROCHAINE REUNION DU GROUPE LOCAL DE SURVIE A TOULOUSE :

LE MERCREDI 8 AVRIL 2015 À 19H

Rendez-vous au CIDES

1, rue Joutx Aigues, métro Esquirol ou Carmes, http://cidesdoc.free.fr

OUVERT À TOUS !

Pour se tenir au courant de nos activités, merci de nous envoyer un petit courriel à survie.midipyrenees@gmail.com (1 à 4 messages par mois par newsletter)

 

Lire la suite

Toulouse: 21° commémoration du génocide des Tutsi du Rwanda

4 Avril 2015 , Rédigé par survie.midipyrenees@gmail.com Publié dans #genocide, #rwanda, #commemoration

 

Toulouse - 21ème commémoration du génocide des Tutsi du Rwanda

Mardi 7 avril 2015 à 18h00 au jardin Raymond VI
Entrée Allée charles de Fitte
Accès métro : Station Saint Cyprien République

Le 7 avril 1994, au Rwanda, débutait le dernier génocide du XXème siècle.
Pendant 100 jours, les Tutsi, hommes, femmes, enfants furent exterminés pour ce qu'ils étaient par les Hutu extrémistes. L'association Diaspora Rwandaise de Toulouse a l'honneur de vous inviter à la XXIème commémoration du génocide des Tutsi, le mardi 7 avril 2015 à 18h00 au jardin Raymond VI devant la stèle dédiée aux victimes de ce génocide.
A cette occasion, les participants pourront s'ils le souhaitent amener une rose blanche à déposer au pied de ce monument.

Lire la suite

Rencontre débat: Le Gabon et la Françafrique

29 Mars 2015 , Rédigé par survie.midipyrenees@gmail.com Publié dans #gabon, #Débats, #films et conférences

Mercredi 1er avril 2015 au CIDES à 20H30,

1 rue Joutx Aigues 31000 Toulouse, métro Carmes ou Esquirol

Survie Midi Pyrénées vous propose une rencontre débat:

La Françafrique au Gabon.

Conséquences sociales et économiques d'un pillage érigé en système

Ali Bongo reçu par François Hollande en 2012

 

Avec Marcel Libama (syndicaliste) et Thomas Bart (doctorant en sociologie ).

Marcel Libama est un des portes paroles du mouvement ça suffit comme ça, leader de la Conasysed (central syndical des enseignants), Il a par ailleurs participé à la coalition Publiez ce que vous payez Gabon. Thomas Bart est doctorant en sociologie politique, membre de l'association Survie.

Le Gabon est une incarnation de la Françafrique : ressources naturelles impressionnantes (pétrole, bois, manganèse, uranium…) mais population très pauvre, affichage grossier de « stabilité démocratique », toute-puissance d’Elf (puis de Total) et des réseaux maçonniques, une corruption galopante, une opposition laminée et pendant longtemps tétanisée…
Trois mois après la mort d'Omar Bongo en juin 2009, son fils Ali Bongo endosse le costume de son père, suite à un coup d’État électoral validé par la France. Depuis, il tient le pays d’une main de fer. Il interdit en 2012 le principal parti d’opposition (l’Union nationale), tient à sa botte l’Assemblée nationale, continue la gabegie avec l’aide de multinationales très bien implantées et réprime violemment les militants. La contestation contre le régime, mais aussi la répression, est croissante tout au long de l'année 2014 jusqu'à maintenant. Faisons le point avec Marcel Libama et Thomas Bart.

Marcel Libama se défend de vouloir entrer en politique.
Marcel Libama

Lire la suite

Introduction à la Françafrique

26 Mars 2015 , Rédigé par survie.midipyrenees@gmail.com

Samedi 28 mars 2015 au Centre socioculturel de Lalande de 18h à 20h,

239 avenue de Fronton, 31200 Toulouse

 

Survie Midi Pyrénées vous propose une rencontre débat :

Introduction à la Françafrique

Dominations politique, militaire et économique de la France dans ses anciennes colonies d'Afrique

par des militants de l'association Survie Midi-Pyrénées, dans le cadre du festival Afriqu'Authentique.

 

« La Françafrique, c’est comme un iceberg : Vous avez la face du dessus, la partie immergée de l’iceberg : la France meilleure amie de l’Afrique, patrie des droits de l’Homme, etc. Et puis ensuite, vous avez 90% de la relation qui est immergée : l’ensemble des mécanismes de maintien de la domination française en Afrique avec des alliés africains. »

François-Xavier Verschave, membre fondateur de Survie

Lire la suite

14 février 2015

11 Février 2015 , Rédigé par survie.midipyrenees@gmail.com Publié dans #danse theatre

Théâtre, Danse, Production au théâtre Garonne, Avenue du Château d'Eau, 31300 Toulouse

"SAMEDI DÉTENTE"

Dorothée Munyaneza Cie Kadidi

COMMENT PARLER DU DÉPART D’UN LIEU QU’ON A AIMÉ ? DES CIRCONSTANCES DURANT LESQUELLES ON A DÛ QUITTER LE NID DE L’ENFANCE, UN JOUR, EN CACHETTE, SUR LES ROUTES PARSEMÉES DE CORPS, DE SANG ET DE SILENCE ? (...) COMMENT RACONTER LA FUITE AU CLAIR DE LUNE DANS LES CHAMPS DE CAFÉ ? COMMENT RACONTER LES RIRES ? COMMENT RACONTER LES CHANSONS ? COMMENT RACONTER LES PSAUMES ET LES DANSES ? DOROTHÉE MUNYANEZA

https://www.youtube.com/watch?v=D6vXVbPOld8

Dorothée Munyaneza a quitté le Rwanda à l’âge de douze ans au lendemain du génocide. Elle est aujourd’hui chanteuse, auteur, chorégraphe et a travaillé entre autres pour François Verret, Nan Goldin, Robyn Orlin, Alain Buffard. Elle a décidé d’affronter l’indicible en partageant la parole de ceux qui y étaient, en parlant à travers les yeux qui ont vu, comme elle, il y a 20 ans. Samedi Détente était alors un rendez-vous radiophonique incontournable qui diffusait, non des slogans de haine, mais des musiques venues d’ailleurs sur lesquelles les gamins dansaient et chantaient dans la cour de l’école, sans forcément comprendre les paroles ; une sorte de compète de danse made in Rwanda qui prit fin le 6 avril 1994 : "Il m’arrive de réentendre des chansons et tout me revient, je revois mes amis, je revois mon quartier, je revis la musique et mon corps se met à bouger". Elle dansera avec, à ses côtés, la danseuse ivoirienne Nadia Beugré et le musicien Alain Mahé, qui improvise comme personne avec des cailloux et des ordinateurs : "Samedi Détente parlera de ces instants de paix avant la guerre, de ces instants de vie avant la mort, de ces instants de rires avant les larmes…"

 

plus d'infos: http://www.theatregaronne.com/saison.php?itemid=25&idevent=496

 

Lire la suite

Sankara Mitterrand au Théâtre du grand rond (Toulouse)

11 Février 2015 , Rédigé par survie.midipyrenees@gmail.com Publié dans #theatre sankara

Du 03-03-2015 au 07-03-2015 : Sankara Mitterrand au Théâtre du Grand Rond
23 rue des Potiers, 31000 Toulouse
Du 3 au 7 mars à 21h00
Tarif Normal : 12 € Tarif Réduit : 1 8 € (étudiants - chômeurs) et 6 € (- 12 ans)
Table de presse de l'association Survie
 

Théâtre: "Sankara Mitterrand"

D'après Jacques Jouet - Mise en scène collective avec : Ibrahima Bah, François Fehner, Pascal Papini

 

Palais présidentiel de Ouagadougou, 17 novembre 1986. Deux hommes se font face à une table de banquet. Le premier, Thomas Sankara, s’est emparé du pouvoir trois ans auparavant à la suite d’un coup d’État.

Le second, François Mitterrand, préside aux destinées de la France depuis cinq ans et se rend au Burkina Faso pour mieux évaluer l’étendue de cette révolution populaire. Une rencontre mémorable, toujours très ancrée dans l’inconscient collectif burkinabè. Lors de la réception officielle, le bouillonnant capitaine se lance dans une diatribe enflammée pour dénoncer pêle-mêle le néocolonialisme, les rapports Nord-Sud, l’aide - « un calvaire et un supplice pour les peuples » - ou encore l’attitude de la France, si prompte à défendre les droits de l’homme mais qui n’hésite pas à accueillir des responsables sud-africains qui la « tachent de leurs mains et de leurs pieds couverts de sang ».

L’audace peu protocolaire fait mouche. Froissé d’être ainsi placé face à ses propres contradictions, le chef de l’État français réplique. S’engage un échange aigre-doux où la causticité du vieux lion répond à l’impertinence et à l’ironie du jeune loup. Cet échange dont un extrait filmé très fort est repris dans le film "L’Homme Intègre" de Robin Shuffield est assez célèbre pour la sincérité et la vérité avec laquelle Sankara s’adresse à Mitterrand qui a du improviser une réponse. C'est donc cet échange qui a inspiré façon Oulipo la pièce de théâtre "Mitterrand et Sankara" de Jacques Jouet qui introduit un troisième intervenant : le « Théâtre simple ».

Personnage théorique, modérateur du débat et allégorie de l’art scénique. Fidèle à la fantaisie de l'Oulipo, Jacques Jouet introduit une règle simple, rituelle et ludique : les protagonistes ne prennent la parole que s’ils parviennent à cracher un grain de maïs dans l’eau contenue dans la calebasse. Une règle très simple mais qui bouleverse complètement la dramaturgie classique : qui aura le dernier mot ? Une pièce aux multiples facettes, chaque fois différente, qui s'attaque aux mécanismes de l'art oratoire...

http://www.agit-theatre.org

http://www.grand-rond.org

Lire la suite

Radio françafrique n°53 : Burkina, la chute de Blaise

26 Janvier 2015 , Rédigé par survie.midipyrenees@gmail.com Publié dans #radio

Radio françafrique n°53

Soulèvement au Burkina Faso

Analyse par Vincent Ouattara professeur à l'université de Koudougou au Burkina et auteur de "L'Ere Compaoré, politique, crimes et gestion du pouvoir".

Diffusée sur Campus fm 94 mhz dimanche 25 janvier 2015 de 17h à 18h et rediffusée samedi 31 janvier à 9h.

 

Françafrique n° 53, émission radio de l’association Survie Midi-Pyrénées, sur les relations qu’entretiennent la France et ses anciennes colonies, ce mois-ci revient sur le Burkina Faso après le soulèvement populaire, consécutif à la tentative du président Blaise Compaoré de modifier la constitution en vue de se maintenir encore au pouvoir après 27 ans de dictature. Analyse de la situation par Vincent Ouattara, professeur à l'université de Koudougou au Burkina et auteur de "L'Ere Compaoré, politique, crimes et gestion du pouvoir".

Ecouter l'émission en ligne

Lire les dernières analyses de Survie sur le Burkina Faso

Lire la suite

Emission radio de Survie MP - N°52 bis, Décembre 2014

13 Décembre 2014 , Rédigé par survie.midipyrenees@gmail.com Publié dans #radio

Emission diffusée sur Campus FM (94 mHz) le Dimanche 14 Décembre à 17h

Soulèvement populaire au Burkina Faso

Retour sur le renversement du dictateur, le rôle de la France et l'amorce de transition

Suite à la tentative de Blaise Compaoré, au pouvoir depuis 27 ans suite au coup d'état contre son ancien compagnon Thomas Sankara, de réviser la constitution burkinabè pour se représenter encore à sa propre succession, ont éclaté des manifestations de grande ampleur qui ont obligé le dictateur à quitter le pouvoir. Quel avenir pour la révolution burkinabè ? Quel jeu joue la France dans ces événements ?

Des échos de Ouagadougou avec Nicolas Charbonneau, et une analyse de la situation début novembre par David Mauger et Mathieu Lopes, tous trois membres de Survie. Egalement l'analyse de la situation par Vincent Ouattara, professeur à l'université de Koudougou au Burkina et auteur de "L'Ere Compaoré, politique, crimes et gestion du pouvoir".

Ecouter l'émission en ligne

Lire les dernières analyses de Survie sur le Burkina Faso

Lire la suite
<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 > >>