Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Survie Midi Pyrénées

Communiqué: AREVA ne fera pas la loi

27 Mai 2008 , Rédigé par survie.midipyrenees@free.fr Publié dans #Actualités françafricaines, communiqués, archives.

27 mai 2008.Communiqué du collectif Areva ne fera pas la loi au Niger



Areva profite de l’état d’urgence au Nord du Niger pour valider son énorme projet minier d’Imouraren.
 

Communiqué du collectif Areva ne fera pas la loi au Niger (%Attac - Cedetim - CNT - Collectif Tchinaghen - LCR - Les Verts Réseau Sortir du Nucléaire - Sud Energie/Solidaires - Survie - Via Campesina)


Le vendredi 16 mai, Areva a organisé à Agadez, au Nord du Niger une « audience publique et un atelier de validation de l’étude d’impact environnemental » de son nouveau projet minier : Imouraren (4 000 tonnes par an en 2012).


Suite au déclenchement d’une rébellion armée en 2007, l’état d’exception est décrété sur la région d’Agadez. Tous les pouvoirs sont donnés à l’armée : exécutions sommaires ciblées, arrestations arbitraires, destruction des moyens de subsistance des nomades, populations déplacées, ONGs interdites, radios et presse muselées, sont le lot quotidien des habitants de la région... Cette « audience » est un écran de fumée. Areva profite de cette situation : qui osera, dans un tel contexte, venir exprimer son désaccord avec le projet du géant nucléaire qui agit en toute impunité avec la bénédiction du pouvoir central nigérien !?


Des manœuvres sournoises ont été opérées pour limiter la participation de certaines structures dans la tenue et la conduite des audiences. En effet, le Comité Ad-hoc, pourtant missionné en 2006 par le ministère de l’Hydraulique, de l’Environnement, a été mis à l’écart par un arrêté du ministère des Mines et de l’Energie du Niger pris en avril 2008, ce qui est certainement le résultat d’arrangements avec le géant nucléaire français. De plus, le volumineux rapport provisoire de l’étude d’impact environnemental du projet d’Areva est volontairement rendu inaccessible. La majorité des participants à cet atelier n’ont pas eu accès à ce dernier, puis le temps imparti pour sa consultation a été sciemment réduit. Enfin, il n’y a eu aucune contre-expertise scientifique indépendante permettant aux participants d’opérer un choix ou d’émettre des avis conséquents sur un projet aussi énorme.


Des milliers d’éleveurs, maraichers, artisans, acteurs économiques sont directement menacés par la future mine d’Areva : spoliation des terres agro-pastorales, destruction de la faune et de la flore, contamination de l’air, contamination radiologique, épuisement et pollution de la nappe phréatique, pollutions annexes innombrables et destruction irrémédiable du tissu socioéconomique... Les populations autochtones et les ouvriers subissent déjà depuis 40 ans les conséquences désastreuses des activités minières de la société à Arlit et Akokan.


Téléchargez le communiqué

Document PDF - 56.6 ko

Plus d’infos : http://areva.niger.free.fr

Lire la suite

Rencontre avec Anne-Cécile Robert (monde diplomatique)

26 Mai 2008 , Rédigé par survie.midipyrenees@free.fr Publié dans #Débats, films et conférences

Le 29 mai, à 20h30, salle du Sénéchal, 17 rue Rémusat :

Rencontre organisée par ATTAC Toulouse et les Amis du Monde Diplomatique


avec Anne-Cécile Robert autour de son ouvrage: L’Afrique au secours de l’Occident.

 




Et si c'était l'Occident, et non l'Afrique, qui avait besoin d'aide ? Et si c'était au continent africain de venir au secours de l'Occident ?


En répondant par l'affirmative à ces deux questions impertinentes, l'essai d'Anne-Cécile Robert s'oppose à la vision condescendante du livre de Stephen Smith Négrologie. Alors que le capitalisme globalisé est en train de mettre à sac la planète, l'Afrique pourrait, en puisant dans son patrimoine culturel, apporter une vision plus harmonieuse et plus équilibrée du rapport entre les humains et la nature. Sans idéaliser une Afrique mythique ni nier la dramatique situation dans laquelle se trouve souvent le continent noir, le livre suggère que le prétendu " retard " de l'Afrique ne serait que l'expression d'une formidable résistance culturelle à un modèle économique dévastateur. Le succès de la première édition de L'Afrique au secours de l'Occident conduit les Éditions de l'Atelier à publier cette nouvelle édition avec des éditeurs d'Afrique de l'Ouest dans une version de poche à un prix accessible aux lecteurs du continent africain.


Actuellement de plus en plus de chercheurs, de militants, d’intellectuels s’interrogent sur ces valeurs-là, qui fondent l’Afrique.  On a pensé pendant longtemps qu’elles avaient été un frein au développement, qu’elles étaient responsables du sous-développement économique, mais maintenant , la question se pose autrement : cette résistance n’est-elle pas au contraire le signe d’une force, d’une vitalité, en opposition aux valeurs prédatrices de l’Occident capitaliste : l’Afrique ouvrirait alors des pistes de réflexion pour la planète globalisée.

Anne-Cécile Robert est journaliste au Monde diplomatique et professeur à l’Institut d’études européennes de Paris 8.


ATTAC Toulouse:http://www.attac-toulouse.org
Amis du monde diplo Toulouse:http://amdtoul.free.fr

 

Lire la suite

Issouf ag Maha à Terra Nova le 28 Mai

26 Mai 2008 , Rédigé par survie.midipyrenees@free.fr Publié dans #Débats, films et conférences

Mercredi 28 Mai à 19H30


Issouf ag Maha invité à Terra Nova

par Oxfam France - Agir ici et Survie Midi Pyrénées.


La rébellion Touarègue au Niger



Pour mieux comprendre la situation politique du Niger, de la guerre qui s’y déroule, nous invitons un chef de la rébellion Touareg, Issouf Ag MAHA, ancien maire de Tchirozérine au nord d'Agadez. Il nous parle des raisons de cette nouvelle révolte qui a repris depuis plus d’un an dans l’indifférence générale des gouvernements et des médias internationaux.

carte-niger-chef-touareg001.jpgIssouf Ag MAHA, nous interpelle sur la marginalisation de son ethnie, mais aussi dans quelles conditions la France, par le biais de la société nucléaire Areva, exploite leur terre pour y retirer l’uranium. Les négociations sur le prix du minerai payé par la France n’ont sans doute pas été étrangères à cette affaire…

Interview sur:http://www.dailymotion.com/video/x3m4v0_interview-issouf-ag-maha_news

 


Touareg du XXIe siècleTouareg du XXIe siècle

Touareg du XXIe siècle

d'Issouf ag Maha, Catherine et Bernard Desjeux


Résumé du livre:

 

Parce qu'il a envie de partager son expérience, Issouf ag Maha a écrit ce livre. Il nous décrit la vie de cette génération de Touaregs du Niger, 'nés vers' le début des années 60, qui connut les craquements d'une culture malmenée par les bouleversements de l'histoire : les différents coups d'Etat, la scolarisation, la rébellion mais surtout les terribles sécheresses. Il a longtemps hésité entre une vie bien rangée d'expert ou de consultant et celle d'éleveur de chameaux pour laquelle il reconnaît avoir une grande passion. Aujourd' hui, Issouf ag Maha a trouvé un équilibre entre le Centre de recherche agricole d'Agharous, l'organisation de tourisme équitable en partenariat avec le Point Afrique, l'association Croqu' nature, le tour-operator Atalante et son Association pour le développement durable et la solidarité (ADDS). Ce livre foisonne d'anecdotes vécues, de réflexions et de propositions. Leçon de courage d'un homme responsable, solidaire des siens, tourné vers le monde, résolument optimiste malgré les difficultés pour affronter le XXIe siècle.

Editions Grandvaux prix 15 euros parution Octobre 2005


Oxfam France - Agir ici: groupelocaltoulouse@oxfamfrance.org , www.oxfamfrance.org

 

Librairie Terra Nova:  http://www.librairie-terranova.fr


La malédiction de l'uranium : Le Nord Niger victime de ses richesses (pdf) : dossier d'information de 50 pages réalisé et diffusé par le Collectif Tchinaghen


Lire la suite

De Kolwezi à l’Angola : business et dictature. Communiqué de Survie

21 Mai 2008 , Rédigé par survie.midipyrenees@free.fr Publié dans #Actualités françafricaines, communiqués, archives.

21 mai 2008. Communiqué de Survie

De Kolwezi à l’Angola :
business et dictature.


Le mercredi 21 mai, le Président de la République Nicolas Sarkozy, comme il l’avait annoncé en janvier dernier, célèbre aux Invalides le 30ème anniversaire de Kolwezi et les « opérations extérieures », essentiellement les nombreuses interventions françaises en Afrique (officiellement une quarantaine durant les 50 dernières années).


En 1978, la France intervenait militairement au Zaïre (actuelle République Démocratique du Congo) en soutien au dictateur Mobutu, contre les 3000 rebelles du Front de Libération Nationale Congolaise (FLNC). Venus d’Angola, ils avaient pris la ville minière de Kolwezi où résidaient plus de 3000 ressortissants européens (belges et français) travaillant essentiellement à la Gécamines (société d’exploitation des mines de la région du Katanga). Le 19 mai, 600 parachutistes de la Légion étrangère sautaient sur Kolwezi pour reprendre la ville. D’après Mobutu et les militaires français, les rebelles se seraient livrés à des massacres d’Européens. Or, N’Guz Karl-I-Bond, ténor de la politique zaïroise, déclara en 1981, sans être démenti, que le massacre des 130 Européens qui justifiait l’intervention militaire avait été commis sur ordre de Mobutu lui-même pour forcer la main aux Français. A la suite de combats qui firent plus d’un millier de morts zaïrois, les paras français, ayant perdu cinq des leurs, reprirent la ville aux rebelles katangais. Cette « victoire » fut suivie d’atroces représailles sur la population autochtone sous couvert de faire la chasse aux « complices » de la rébellion [1].


Si les Français ont tout fait pour devancer les Belges c’est que cette intervention militaire entre incontestablement dans le cadre de la guerre de prédation des ressources naturelles que se livrent alors les grandes puissances en Afrique [2].


Aucun traité ne permettait cette intervention militaire française au Zaïre, mais cette ingérence permit de conforter le régime corrompu de Mobutu, au pouvoir depuis 1965 après avoir comploté l’assassinat de Lumumba en 1961. Elle déclencha un accroissement du volume de la coopération militaire franco-zaïroise, qui s’est alors accompagné d’une percée spectaculaire des grands groupes industriels français (Thomson-CSF, CGE, Péchiney) sur le marché zaïrois [3]. Pour les populations locales ce fut l’enfoncement funeste dans le chaos et la misère. Est-ce cela aussi que nous célébrons aujourd’hui ?


Un hommage à une politique cynique de puissance (la récente intervention au Tchad en est une preuve flagrante), et que l’inauguration le 21 mai de la nouvelle plateforme offshore de Total au Congo-Brazzaville (champ de Moho-Bilondo) en présence de Christophe de Margerie (Directeur Général du groupe pétrolier), par le secrétaire d’Etat chargé de la Coopération Alain Joyandet ne vient que confirmer ; tout comme le voyage du président Sarkozy en Angola, autre eldorado pétrolier et cible privilégiée des groupes Total ou Bolloré.


Véritable VRP des intérêts privés français, la diplomatie française entend ainsi contribuer à une recolonisation du continent, en compétition avec les nombreux acteurs que peuvent être la Chine ou les Etats-Unis. A qui ira l’argent du pétrole ? Si le Congo a adhéré à l’Initiative de Transparence des Industries Extractives (ITIE), l’Angola n’est pas partie prenante de l’initiative. Surtout, quelles garanties les autorités françaises entendent-elles demander aux régimes de Denis Sassou Nguesso et d’Edouardo Dos Santos sur cette question, qui ont largement détourné l’argent du pétrole et des caisses de l’Etat pour asseoir leur pouvoir, s’enrichir et acquérir de nombreux biens immobiliers en France et ailleurs, comme une récente enquête de la justice française l’a prouvé en ce qui concerne le président congolais ?


Comme dans le cas du Zaïre suite à l’opération sur Kolwezi, le financement par Elf (aujourd’hui Total) de la guerre civile de Sassou Nguesso en 1997, ou les livraisons d’armes dans celle de l’Angola (qui donnera lieu à la fin de l’année au procès de l’Angolagate), permettent aujourd’hui aux entreprises françaises de jeter leur dévolu sur les ressources de ces pays. Dans une interview parue le 20 mai sur lejdd.fr, Alain Joyandet affirmait d’ailleurs : « l’implantation des entreprises françaises en Afrique est l’une de mes priorités ». Etrange conception de la Coopération au développement, digne d’un ministre de l’Economie ou de la guerre. En fait c’est le langage d’un authentique ministre des colonies.


Nicolas Sarkozy, admirateur et émule d’une politique de domination, rend une nouvelle fois la France complice des pires dictateurs, au bénéficie d’une minorité. Une France vue en Afrique comme méprisante, profiteuse et xénophobe, semeuse de misère et de révolte.


Téléchargez le communiqué

Document PDF - 60.9 ko

[1] Cf Roger Rousseau Légion je t’accuse, la face cachée de Kolwezi 2008 et Kolwezi, l’avènement d’un officier sans honneur 2006 éd. Rexy

[2] Déjà le 12 avril 1997, évoquant la 1ère guerre du Shaba cette même année, le président français Valéry Giscard d’Estaing avouait dans une allocution radiotélévisée : « [J’ai] voulu donner un signal de solidarité. [...] L’Europe ne peut pas se désintéresser de ce qui se produit sur le continent africain [...]. L’Afrique, c’est un continent d’où viennent traditionnellement un certain nombre de nos ressources et de nos matières premières, avec lequel nous avons des liens très étroits », Le Monde, 14 avril 1977.

[3] A titre d’exemple, le marché zaïrois des télécommunications échut à Thomson CSF, dont le PDG était... Philippe Giscard d’Estaing, cousin de Valéry.

Lire la suite

Conférence du GERCA: L'Afrique répond à Sarkozy

15 Mai 2008 , Rédigé par survie.midipyrenees@free.fr Publié dans #Débats, films et conférences

Jeudi 15 mai 2008 de 16 à 18h à l'IEP de Toulouse

Dans le cadre de son cycle de Conférences, le GERCA, en collaboration avec le Forum Res Publica, vous invite à la Rencontre-Débat qui aura lieu le Jeudi 15 mai 2008 de 16 à 18h à l'Institut d'Etudes Politiques de Toulouse. Celle-ci se tiendra avec deux co-auteurs du livre
 

L'AFRIQUE REPOND A SARKOZY. CONTRE LE DISCOURS DE DAKAR 

 

 M. Boubacar Boris DIOP, écrivain et analyste,  auteur de plusieurs ouvrages dont  l’Afrique au-delà du miroir,  Ed. Ph. Rey ou Négrophobie, Ed Les Arènes, co-écrit avec Odile Tobner et François-Xavier Verschave.


M. Mwatha NGALASSO, Professeur de sociolinguistique et de linguistique africaine à l’Université de Bordeaux,  auteur de « Littératures, savoirs et enseignement », Presses universitaires de Bordeaux.


Le GERCA.(http://www.gerca.eu )
Lire la suite

Mercredi 14 Mai - Concert Dub Incorporation

14 Mai 2008 , Rédigé par survie.midipyrenees@free.fr Publié dans #Festivals, concerts, théâtre,...

Mercredi 14 Mai 2008 au Phare à Tournefeuille

Concert Dub Incorporation

Dub Incorporation en concert

Dub Incorporation est fondé en 1997. Composé de sept musiciens (deux chanteurs/percussionistes (derbouka), deux guitaristes, un clavier, une basse, une batterie), le groupe stéphanois pratique un reggae métissé, original par les sons, l'énergie et les thèmes abordés.
La notoriété nationale de Dub Incorporation est en grande partie basée sur la qualité des prestations "live" à travers la France. Particulièrement actifs en concerts, ils emportent le public par des performances enfiévrées. Ils sont appréciés pour leur simplicité, pour leurs textes qui prônent la paix et un esprit positif sans tomber dans les clichés.  Fort de son succès, le groupe sillonne le pays mais aussi le continent.

En Afrique, Dub Incorporation s'implique aux côtés de l'association "Survie" pour témoigner des ravages de la "Françafrique".

Dub Inc. a ainsi participé à une compilation de soutien à Survie : http://www.africawantstobefree.com


Table de presse de l’association Survie…

Lire la suite

Mardi 13.05.08: Rencontre autour du génocide des Tutsi du Rwanda

12 Mai 2008 , Rédigé par survie.midipyrenees@free.fr Publié dans #Débats, films et conférences

Mardi 13.05.08 à 19H30:

Librairie Terra Nova. 27, rue Gambetta  

Soirée commémorative du génocide des Tutsi du Rwanda

   

Projection  de « génocidé » de Stéphane Valentin à Terra Nova

 

Suivi d'une rencontre avec le réalisateur, Survie 31 et des Rwandais de Toulouse

Livre - Genocide
Ce petit film d'une vingtaine de minutes part du témoignage de Révérien Rurangwa édité en livre de poche

Génocidé, Révérien Rurangwa

« Ils m'ont tué, moi et toute ma famille,

sur une colline du Rwanda en avril 1994.

J'avais quinze ans. Je ne suis pas mort. »


 « Depuis que, le 20 avril 1994, vers 16 heures, je fus découpé à la machette avec quarante-trois personnes de ma famille sur la colline de Mugina, au coeur du Rwanda, je n’ai plus connu la paix. J’avais 15 ans, j’étais heureux. Le ciel était gris mais mon coeur était bleu. Mon existence a soudainement basculé dans une horreur inexprimable dont je ne comprendrai probablement jamais les raisons ici-bas. Mon corps, mon visage et le plus vif de ma mémoire en portent les stigmates, jusqu’à la fin de ma vie. Pour toujours. »

 Comme celle de tous les survivants, l’histoire de Révérien Rurangwa rejoint l’Histoire. Son récit évoque, avec un réalisme saisissant, l'atrocité du dernier génocide du XXe siècle: celui des Tutsi au Rwanda. Il dit aussi la force de l’instinct de survie et des processus de résilience; l’impuissance à envisager le pardon quand la justice est bafouée; l’énigmatique pouvoir du mal et le mystérieux silence de Dieu. Et c’est en cela qu’il parle à tous les Hommes.

Révérien Rurangwa 27 ans, est aujourd’hui réfugié en Suisse, où il se bat pour rendre hommage aux victimes, obtenir réparation pour les rescapés,et justice alors que des milliers de criminels demeurent impunis.

Lire la suite

Mois contre la Françafrique du 7 avril au 13 mai 2008

5 Mai 2008 , Rédigé par survie.midipyrenees@free.fr Publié dans #Actualités françafricaines, communiqués, archives.

Du 7 Avril au 13 mai 2008,
Survie organise un

Mois contre la Françafrique 2008
 

 

Nicolas Sarkozy avait promis, durant sa campagne présidentielle, une rupture avec les régimes corrompus et autoritaires. Et annoncé, lors de son discours d’investiture, une politique de la France au service des droits de l’homme dans le monde. Ces espoirs ont été vite déçus.

Un an après les élections présidentielle et législatives, Survie organise un Moi(s) contre la Françafrique pour relancer le débat en France sur les liens que notre pays continue d’entretenir avec la plupart de ses anciennes colonies africaines : aide au développement dévoyée, interventions militaires, soutien à des dictatures, pillage des ressources, etc.

Peu transparente et de plus en plus critiquée (au Tchad, au Gabon, au Congo, en Côte d’Ivoire...), la politique de la France en Afrique doit faire l’objet d’une véritable réforme : instauration d’un contrôle parlementaire, fin de l’ingérence et respect des aspirations démocratiques des populations africaines.

Afin de donner une audience plus large à ces revendications, Survie organise du 7 avril au 13 mai un mois de mobilisations partout en France : interpellation des élus et sensibilisation du grand public avec des conférences, des projections débats, des tables de presse, des concerts, des manifestations...



1958 – 2008 : 50 ans de République Françafricaine

Cette année, le "Moi(s) contre la Françafrique" se déroulera du 7 avril (date du début du génocide au Rwanda en 1994) au 13 mai (le 13 mai 1958 étant considéré dans l'histoire officielle comme l'avènement de la Vème République et le retour au pouvoir du général de Gaulle).


En 1958, l’instauration de la Vème République par le général de Gaulle (rappelé au pouvoir en pleine guerre d’Algérie) coïncide avec la mise en place de la Françafrique, devenue en quelque sorte consubstantielle d’une République qui s’attachera, jusqu’aujourd’hui encore, à garder une haute main sur les pays africains et leurs ressources naturelles.

La stigmatisation des 50 ans de cette politique, non démocratique, est pour nous l’occasion d’appeler à un changement réel et à une véritable rupture dans ces pratiques par un assainissement des relations franco-africaines.

De nombreux évènements seront organisés un peu partout en France, autour des thèmes suivants : le soutien de la France aux dictateurs, le pillage des ressources,  les biens mal acquis, la réforme de la politique de la France en Afrique (en lien les propositions du Livre blanc), la  présentation de cas "pays" symptomatiques de la Françafrique comme le Tchad, la Centrafrique,  le Niger, le Rwanda, etc.


 

1958 : Aux origines de la République Françafricaine, repères.


"Coup d’Etat constitutionnel" ou "coup d’Etat démocratique" le retour au pouvoir du général de Gaulle en mai 1958, marque l’instauration d’un régime (la Vème République) qui fera tout pour conserver son empire colonial, avant de mettre en place les structures parallèles et illégales (la Françafrique) assurant la dépendance de pays devenus par la suite officiellement "indépendants".

13 mai 1958. Quand la crise coloniale accouche d’une Vème République néocoloniale. Putsch des généraux à Alger demandant la défense de l’Algérie française et le retour au pouvoir du général De Gaulle.

1er juin 1958. De Gaulle reçoit les pleins pouvoirs.

28 septembre 1958. Adoption de la constitution de la Vème République et naissance de la Françafrique. Conjointement au référendum sur la nouvelle Constitution, un projet de Communauté française (dernier nom donné à la communauté de destin entre la France et ses colonies) est soumis au vote des colonies devant accepter de s’en remettre à la Métropole pour l’exercice des attributs de la souveraineté internationale. Ultimatum plutôt que référendum en réalité. Ce projet qui remporte 90% de "Oui", ne prévoit nulle part le droit à l'autodétermination, l'alternative offerte aux colonies africaines étant simple : soit accepter la Constitution et s'associer à la France dans le cadre de la Communauté, soit la rejeter et faire sécession. L’indépendance immédiate synonyme de rupture avec la France est brandie en menace par de Gaulle qui dira face aux auditoires africains en août 1958, au cours de ses escales guinéenne et sénégalaise, « la Communauté est à prendre ou à laisser ».

Le "Non" de Sékou Touré a pour conséquence immédiate l’indépendance la Guinée française, traduisant ipso facto la rupture avec la France et l’intransigeance de de Gaulle. Ainsi, le référendum sur la Vème République va-t-il de pair avec un maintien sous dépendance.

21 décembre 1958. De Gaulle est élu président de la République.

Les années 1960, vague d’indépendances ? Si de Gaulle infléchit sa position sur les accessions à l’indépendance des colonies françaises, c’est pour mieux orchestrer avec l’aide de Foccart, de fausses indépendances, une servitude politique, économique et monétaire. La Vème République a fait de l’assujettissement de l’Afrique le ressort de sa puissance, dissimulé sous des relations d’amitié entre chefs d’Etat.



Programmation sur Toulouse et sa région  :

Samedi 19.04.08 : Commémoration du génocide du Rwanda avec la communauté rwandaise…à partir de 17H00

Mercredi 30.04.08 : Conférence à la salle du Sénéchal à  19H: "Nicolas Sarkozy : la Françafrique décomplexée ?", par samuel Foutoyet.

Mardi 6.05.08. Projection de « la voie est libre » de Vincent Munié au cinéma le Mermoz de Muret.et rencontre  sur le thème de la privatisation des services publics en Afrique

Mardi 6.05.08. Concert de Tiken Jah Fakoly à Montauban (Alors chante...)

Mercredi 13.05.08 à 19H30: Projection  de « génocidé » de S. Valentin à Terra Nova en compagnie du réalisateur puis témoignages et rencontre avec des rwandais autour du témoignage de Révérien Rurangwa.

infos développées sur le reste du blog...


Survie organise du 7 avril au 13 mai 2008 un "Mois contre la Françafrique" avec des conférences, des débats, un peu partout en France. A l’occasion de cet évènement, Survie lance une campagne promotionnelle d’adhésion : "1 adhésion à partir de 25 euros = 1 Livre blanc offert". Alors profitez-en. Offre valable jusqu’au 1er juin pour toute PREMIERE adhésion à Survie. 

Lien vers la présentation du Livre blanc pour une politique de la France en Afrique responsable et transparente 

Pour bénéficier de cette opération, téléchargez le bulletin  

Document PDF - 118.9 ko
Lire la suite

Le mardi 6 mai à Muret, projection de "la voie est libre" de Vincent Munié

5 Mai 2008 , Rédigé par survie.midipyrenees@free.fr Publié dans #Débats, films et conférences

Le mardi 6 mai  au cinéma le Mermoz (Muret) à 21H00

Les associations Oxfam France -Agir ici, Survie et Afriqu'à Muret présentent une

Projection du film "La voie est libre", de Vincent Munié

suivie d’une discussion avec le réalisateur et les associations organisatrices

Projection du film "La voie est libre" de V. Munié 


Au Nord comme au Sud, la privatisation des services publics renforce précarité et pauvreté, détruit les sociétés.

Construite sous la colonisation, dans le cadre des travaux forcés, la ligne Dakar-Niger qui relie le Sénégal au Mali a été bradée en octobre 2003 à un consortium canado-français. Depuis, de nombreux repreneurs se sont succédés, au fur et à mesure du développement du fret de marchandises. Le trafic voyageur, lui, a été totalement sacrifié et les conséquences de cette privatisation sont dramatiques pour les populations.

Autour du film "La voie est libre" qui retrace l'histoire de cette voie de chemin de fer séculaire jusqu'à sa privatisation,Vincent Munié, administrateur de Survie France et réalisateur du documentaire, témoignagera des résistances sociales au Mali et au Sénégal et des nécessaires solidarités à construire ou à renforcer.

"La voie est libre" a reçu le prix du festival Cinérail en février 2007 à Paris.

Cinéma le mermoz:
http://www.cine-mermoz.com

 


Le réalisateur:

 

Au fil d'une carrière de cameraman pour la télévision, Vincent Munié est devenu un spécialiste de l'histoire de l'Afrique des Grands Lacs où il a réalisé plusieurs documentaires. Il s'est vite senti concerné par la déchéance du continent tout entier et a donc orienté son travail artistique vers la dénonciation des mécanismes internationaux à l'origine des multiples drames africains et particulièrement du génocide rwandais. Il est également administrateur de l'ONG Survie, journaliste au Monde Diplomatique et à Billets d'Afrique, romancier - Amina K; ed. La Mauvaise Graine –

 

Oxfam France - Agir ici: groupelocaltoulouse@oxfamfrance.org , www.oxfamfrance.org

Survie Midi Pyrénées:: http://www.survie31.over-blog.com

 Afriqu'à Muret : http://afriquamuret.ovh.org

 

Lire la suite

Mardi 6 Mai à Montauban: Tiken Jah Fakoly

5 Mai 2008 , Rédigé par survie.midipyrenees@free.fr Publié dans #Festivals, concerts, théâtre,...

  Mardi 6 Mai à Montauban (Alors chante...): 

Concert   TIKEN JAH FAKOLY 
 

Tiken Jah Fakoly a rejoint l'association Survie il y a quelques années, et les paroles de ses chansons sont pour certaines directement tirées des thématiques de Survie...

Paroles de "L'Afrique doit du fric" tiré de l'album "coup de gueule"

Ainsi donc l'Afrique doit du fric !
Afrique esclavagisée, colonisée, martyrisée, dévaluée !
Ainsi donc l'Afrique doit du fric !
Les montagnes de fric volées par la Françafrique,
les tyrans complices
les gardent dans leurs comptes en Suisse,
les pots de vin de Sirven, les crédits de Déby
Ainsi donc l'Afrique doit du fric !
Afrique mal dirigée, tyrannisée, manipulée, dévaluée !
Ainsi donc l'Afrique doit du fric !
La solde des mercenaires et les armes des tortionnaires, des milliards de francs volés à des peuples souffrants, les coups de fouet d'Houphouêt, les sales sous de Sassou
Ainsi donc l'Afrique doit du fric !

Est-ce que l'Afrique doit encore ? Non !
Après 400 ans d'esclavage, plusieurs années de travaux forcés, des milliers, des milliers d'entreprises qui pillent !
Les complots du FMI et les blagues de la Banque Mondiale, des milliers d'euros volés par des bandes d'escrocs, les faux comptes de Conté, les sales sous de Sassou.
Ainsi donc l'Afrique doit du fric !

Les montagnes de fric volées par la Françafrique, les présidents africains sont complices de ces trafics, les coups de fouet d'Houphouêt, les gombos de Bongo.

Ainsi dont l'Afrique doit du fric !

Tiken Jah Fakoly
Lire la suite
1 2 > >>