Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Survie Midi Pyrénées

Projection-débat: La France et le génocide des Tutsi du Rwanda

29 Mars 2009 , Rédigé par survie.midipyrenees@free.fr Publié dans #Débats, films et conférences

Jeudi 2 Avril 2009 à 19H00 à la

Librairie Terra Nova 27, rue Gambetta 


15° Commémoration du génocide des Tutsi du Rwanda,

L’association SURVIE vous propose une projection du film

Complicité (Survie 2009, 42 minutes)
Avec Vincent Munié (journaliste, membre de Survie) et réalisateur du film

Suivie d’un débat sur la complicité française dans le dernier génocide du XXème siècle

Au fil d'une carrière de cameraman pour la télévision, Vincent Munié est devenu un spécialiste de l'histoire de l'Afrique des Grands Lacs où il a réalisé plusieurs documentaires. Il s'est vite senti concerné par la déchéance du continent tout entier et a donc orienté son travail vers la dénonciation des mécanismes internationaux à l'origine des multiples drames africains et particulièrement du génocide rwandais. Il est également membrede l'ONG Survie, journaliste au Monde Diplomatique et à Billets d'Afrique, romancier - Amina K, ed. La Mauvaise Graine –

Lire la suite

Référendum du 29 Mars à Mayotte : un déni de démocratie et de droit

27 Mars 2009 , Rédigé par survie.midipyrenees@free.fr Publié dans #Actualités françafricaines, communiqués, archives.


COMMUNIQUÉ DE PRESSE DU 24 MARS 2009
Suite à la conférence de presse du 23 mars à Paris


Référendum du 29 Mars à Mayotte : un déni de démocratie et de droit

CAAC - Survie - MRAP


L’archipel des Comores, ancienne colonie française, constitué de quatre îles, Mayotte/Maoré, Anjouan, Grande Comore et Mohéli, est devenu un indépendant le 6 juillet 1975.

C’est au travers du journal de 20h que les Français apprendront sans doute que la France compte désormais un 101ème département, suite à un référendum à Mayotte/Maoré, sans aucune consultation ni débat préalable en France, et ce, en violation de 20 résolutions de l’ONU. Le gouvernement français persiste à remettre en cause l’intégrité territoriale d’un état indépendant.
La délégation du PCF, dont faisait partie la sénatrice Eliane Assassi, qui s’est rendue la semaine passée dans l’Archipel des Comores, a confirmé que seuls les partisans de «Mayotte département» ont la possibilité d’exprimer leur point de vue.
En Guadeloupe, en Martinique et à la Réunion, les travailleurs ont mené une longue lutte pour faire reconnaître leurs droits de citoyens. Le statut proposé par la départementalisation de Mayotte / Maoré ne fera des Mahorais que des citoyens de seconde zone, comme le montre l’exemple du mini-SMIC.

Les conditions de vie à Mayotte gagneraient pourtant à voir progresser les droits humains qui sont quotidiennement bafoués :
- Centre de Rétention Administrative indigne de la République Française,
- Expulsions illégales de Comoriens, chez eux à Mayotte en vertu du droit international,
- Plus de 6000 morts noyés victimes du « visa Balladur – Pasqua », dans ce qui est appelé le « plus grand cimetière marin » du monde,
- Risque à terme d’un foyer de tension en raison d’une xénophobie exacerbée.

Nous, signataires de ce texte, appelons :

- à l’annulation du référendum déjà considéré comme nul et non avenu par les instances internationales,
- à un règlement du contentieux entre les autorités françaises et comoriennes sous arbitrage international.- à la suppression du visa « visa Balladur – Pasqua » et à l’arrêt des expulsions, pour restaurer la libre circulation des Comoriens dans l’ensemble de l’archipel.

Depuis 1975, la partie indépendante de l’archipel est victime de manœuvres de déstabilisation qui ont généré la pauvreté. La solution ne peut être dans ce référendum mais doit être dans une logique de développement endogène de l’archipel, permettant une amélioration du niveau de vie de tous.

Les signataires
CAAC (Collectif des Associations et Amis des Comores), 06-99-93-10-20, www.sos-comores.org
SURVIE : contact@survie.org, 01-44-61-03-25, http://www.survie.org
MRAP : accueil@mrap.fr, 01-53-38-99-99, http://www.mrap.fr.
Lire la suite

Cameroun : l'empire noir de Vincent Bolloré, sur France Inter

27 Mars 2009 , Rédigé par survie.midipyrenees@free.fr Publié dans #Actualités françafricaines, communiqués, archives.

Dimanche 29 mars à  9H00


Cameroun : l'empire noir de Vincent Bolloré

« Interception », France-Inter, le dimanche 29 mars 2009


Tout le monde se souvient du yacht prêté par Vincent Bolloré à Nicolas Sarkozy, au large de l'île de malte, au lendemain de la présidentielle de mai 2007. Mais que se cache-t-il derrière réellement les investissements de l'ami du président de la République, dont le groupe réalise plus de 6 milliards d'euros de chiffre d'affaire ?


Aujourd'hui, une grande partie de la richesse de l' « empire » Bolloré provient du continent noir, notamment en Afrique de l'Ouest : Côte d'Ivoire, Cameroun, Congo, Gabon... Alors que Nicolas Sarkozy doit se rendre dans la région (RDC, Congo-Brazzaville...), le 27 mars prochain, l'émission « Interception » enquête sur les investissements de Vincent Bolloré au Cameroun, l'une de ses principales bases arrières en Afrique.L'homme d'affaire règne ici en maître, en situation de quasi-monopole dans tous les secteurs économiques du pays.


Port autonome de Douala, chemin de fer ou encore plantations d'huiles de palmes : « Interception » a recueilli, à travers tout le pays, le témoignage de camerounais qui dévoilent, pour la première fois, l'envers du décor de l'empire Bolloré...

« Cameroun : l'empire noir de Vincent Bolloré », une enquête de Benoît Collombat, prise de son : Didier Sudres, émission « Interception » présentée par Lionel Thompson, diffusion : le dimanche 29 mars 2009 (9H-10H)

Lire la suite

France-Afrique : Nicolas Sarkozy est-il capable de se projeter vers l’avenir ?

25 Mars 2009 , Rédigé par survie.midipyrenees@free.fr Publié dans #Actualités françafricaines, communiqués, archives.


25mars09.Communiqué de la Plate-forme France-Afrique.
France-Afrique : Nicolas Sarkozy est-il capable de se projeter vers l’avenir ?


Nicolas Sarkozy effectue les 26 et 27 mars prochains une tournée qui doit le conduire dans les deux Congo et au Niger. Première étape de cette troisième tournée du président français en Afrique, une visite à Kinshasa dans un contexte politique et sécuritaire encore très précaire. Cette visite peut permettre de remettre au sommet de l’agenda diplomatique et médiatique international la situation de la RDC. Nous resterons vigilants afin que l’action de la France soit favorable aux intérêts des populations congolaises. Suit un passage à Brazzaville, terre présentant un intérêt particulier pour les groupes français, en l’occurrence Total et Bolloré, et à quelques mois d’une élection présidentielle sous forte tension. Le président se rendra enfin au Niger où le groupe Areva est leader dans l’exploitation de l’uranium dont l’impact social et environnemental est très contesté. Cette visite diplomatique nous fait craindre que la nature des relations entre la France et les pays africains continue à être fortement influencée par les perspectives de gains de marchés pour les entreprises françaises et ce au détriment des aspirations des citoyens. Deux ans après les promesses de rupture avec la Françafrique, nos organisations attendent que le président français change de grille de lecture et prenne pleinement en compte les demandes de réformes politiques, de transparence dans la prise de décision, de satisfaction des aspirations des peuples africains et de respect de leur souveraineté.


  La politique de soutien aux droits de l’Homme annoncée dans le discours d’investiture de Nicolas Sarkozy, apparaît comme la première grande sacrifiée de la rupture. Artisan de ce renoncement, le secrétaire d’Etat à la coopération Alain Joyandet, est devenu de fait l’émissaire officiel du président pour une défense totalement décomplexée des intérêts économiques français en Afrique quelle que soit la nature du régime en place. Le soutien à des régimes dictatoriaux, corrompus et vieillissants, ne se dément pas, malgré les actes de répression constatés. Les tensions récentes avec Libreville, due à la médiatisation de certains scandales, ne masquent pas la poursuite de la « politique de la stabilité » menée par la France.


  Le contrôle parlementaire, bien qu’encouragé par la réforme constitutionnelle de juillet 2008, facteur essentiel de transparence réclamé par nos organisations, n’en est malheureusement encore qu’à ses balbutiements. Il reste en particulier largement insuffisant sur le contrôle des opérations extérieures, malgré les débats intéressants qui ont précédé le vote du 28 janvier dernier sur la prolongation de certaines Opex engagées par la France. De même, les exportations d’armements françaises en général et en Afrique en particulier, ne font toujours l’objet d’aucune question parlementaire. La timidité des parlementaires à se saisir des outils institutionnels à leur disposition s’incarne dans le manque d’ambition du rapport de la mission d’information parlementaire sur les relations franco-africaines publié en décembre dernier, rapport dont la plupart des sujets fâcheux ont été soigneusement écartés.


  La réforme de la coopération militaire, annoncée comme une « remise à plat » a pris du retard, malgré l’annonce récente de la signature d’un partenariat de défense avec le Togo. Les modalités de négociation et de publication des nouveaux accords « renégociés » restent par ailleurs floues. Nos organisations réclament l’extension de la renégociation aux autres accords de coopération militaire (pour les pays non concernés par un accord de défense comme le Tchad) et une amélioration du contrôle parlementaire sur les opérations extérieures, au delà de la validation a posteriori proposée par lé réforme récente de la Constitution.


  Le soutien de la diplomatie française à la société civile africaine, aux citoyens et associations qui s’organisent, construisent des espaces démocratiques et tentent de construire des alternatives est encore largement insuffisant. Les principaux interlocuteurs de la diplomatie française restent les régimes en place, qui se montrent de plus en plus répressifs face aux revendications populaires.

 


Lire la suite

Sarkozy en RDC: des ONG dénoncent une "Françafrique décomplexée"

25 Mars 2009 , Rédigé par survie.midipyrenees@free.fr Publié dans #Actualités françafricaines, communiqués, archives.

AFP / 25 mars 2009 17h23

Sarkozy en RDC: des ONG dénoncent une "Françafrique décomplexée"

PARIS - Plusieurs ONG ont dénoncé mercredi, à la veille d'une tournée éclair de Nicolas Sarkozy en République démocratique du Congo (RDC), au Congo et au Niger, une "Françafrique décomplexée" très éloignée des discours présidentiels sur une "rupture" avec les pratiques du passé.


Fabrice Tarrit, secrétaire national de l'association Survie, s'est inquiété lors d'une conférence de presse de voir "les intérêts économiques de grandes entreprises françaises primer sur les questions de démocratie et de droits de l'Homme dans le cadre de ce que l'on peut appeler une Françafrique décomplexée".


Les 12 ONG de la plateforme citoyenne France-Afrique souhaitent que la défense des droits de l'Homme, la promotion de la démocratie et de la bonne gouvernance et le soutien à la société civile constituent les axes principaux de la politique française sur le continent.


Elles demandent par ailleurs un contrôle parlementaire de la politique française en Afrique et regrettent que les modalités de la réforme de la coopération militaire "restent floues".


Ces ONG, parmi lesquelles le Comité catholique contre la Faim et pour le Développement (CCFD-Terre solidaire), Oxfam France-Agir Ici et le Secours Catholique-Caritas, se sont montrées particulièrement sévères concernant l'escale de M. Sarkozy au Congo-Brazzaville.


"Quelles peuvent être les motivations diplomatiques ou humanistes du président français qui justifieraient cette visite à un des dirigeants les moins recommandables du continent?", a martelé Grégoire Niaudet, chargé de projet Afrique centrale au Secours catholique.


Le passage de M. Sarkozy au Congo, dirigé par Denis Sassou Nguesso, "permet d'éclairer le rôle des entreprises françaises en Afrique, notamment de Total, Bolloré et la BNP-Paribas, et le soutien français à des régimes autoritaires et corrompus", a-t-il ajouté.


Un véritable changement de cap consisterait pour M. Sarkozy à "annoncer le gel des avoirs immobiliers et bancaires en France détournés par le clan Sassou Nguesso", a poursuivi M. Niaudet.


"Nous serons très attentifs au discours de Nicolas Sarkozy à Brazzaville", a souligné M. Tarrit, "dans un contexte où se profilent des élections présidentielles à haut risque en juillet".


A Brazzaville, mercredi, la principale formation d'opposition congolaise, l'Union panafricaine pour la démocratie sociale (UPADS), a affirmé attendre de M. Sarkozy pour sa première visite qu'"il écoute les Congolais" dans la perspective de la présidentielle.


Les législatives de 2007 et locales de 2008 avaient été marquées par des fraudes et dysfonctionnements dénoncés par l'Union africaine (UA).


(©AFP / 25 mars 2009 17h23)

Lire la suite

la coopération militaire en Afrique : une étude comparée des cas français et américain

13 Mars 2009 , Rédigé par survie.midipyrenees@free.fr Publié dans #Débats, films et conférences

Mercredi 18 mars 2009 17h Amphithéâtre Montesquieu

 


Institut d'Etudes politiques de Toulouse, 2 ter rue des Puits Creusés 31000 Toulouse

Le GERCA, dans le cadre de son cycle de conférences, a le plaisir de recevoir :

Michel Rogalski, Chercheur au CNRS et à l’EHESS  

et 

Tibault Possio, politologue, Enseignant à l’IEP de Lyon  


sur le thème "Les évolutions récentes de la coopération militaire en Afrique : une étude comparée des cas français et américain"

 

 La conférence sera suivie des questions ouvertes de la salle.

Le GERCA.(http://www.gerca.eu )
Lire la suite

Rwanda, un cri d’un silence inouï, au CC Albin Minville

13 Mars 2009 , Rédigé par survie.midipyrenees@free.fr Publié dans #Débats, films et conférences

Mardi 17 Mars à 20H00
Au Centre Culturel Albin Minville
67 allée de Bellefontaine
Metro Bellefontaine

 projection du documentaire:

Rwanda, un cri d'un silence inouï

Seuls les papillons franchissent les barbelés

 
suivie d'une rencontre avec des associations de Rwandais.


Le Genocide des Tutsis au Rwanda

En 1994, en moins de cent jours, étaient exterminées plus d'un million de personnes au Rwanda, un petit pays d'Afrique Centrale.
En hommage aux victimes du plus grand génocide de l'après Shoah, et afin d'y sensibiliser le public, en particulier les collégiens et lycéens de France, le Conseil Régional d'Ile-de-France et le Mémorial de la Shoah proposent à travers cette exposition une entrée sur les génocides du XXe siècle.


Au  Rwanda, 9 ans après le génocide, une grande partie de la population vit avec une bombe dans la tête qui peut exploser à tout moment. Ces gens, rescapés de tous âges du génocide, font ce que les psychiatres appellent des "rêves traumatiques". Ces "rêves traumatiques" sont extrêmement invalidants car ils privent les gens de tout repos : ils consistent à revivre avec un réalisme total – tous les sens sont mobilisés – le moment douloureux (viol, massacre d'un parent...) vécu par la victime.

De plus, ils génèrent la culpabilité, la peur, la dépression, handicapant la réflexion et la vie. On constatera que si la parole sur le génocide est partout, dans toutes les bouches, dans tous les lieux, le récit premier des victimes est figé, immuable et sans affect. Ce faisant, la victime tente de "gommer" quelque chose d'ineffaçable et garde ainsi le trauma prêt à ressurgir n'importe quand, comme une bombe à retardement.

Sur le terrain, des hommes et des femmes se battent pour atténuer ces souffrances : nous découvrons notamment le travail du Dr Naasson Munyandamutsa, psychiatre, et de Jeanne Mukamusoni, psychothérapeute au sein d’AVEGA (Association des Veuves du Génocide d’Avril). Nous verrons que ces pratiques thérapeutiques apportent un soutien essentiel aux rescapés et, en effectuant un travail contre l’oubli, participent à la reconstruction de ce pays traumatisé par l’horreur du génocide.

Lire la suite

Projection : La Jamaïque dans l’étau du FMI

10 Mars 2009 , Rédigé par survie.midipyrenees@free.fr Publié dans #Actualités françafricaines, communiqués, archives.

Jeudi 12 mars à 20H15  au Caméléon

19, rue du Pont St Pierre, quartier St Cyprien à Toulouse.

 


Image 


Projection : La Jamaïque dans l’étau du FMI

Entrée libre

 

Projection de « Life and Debt »

De Stéphanie Black (2001) - Durée : 1h26.

 

D’un côté, des plages paradisiaques, des palaces cinq étoiles et de riches touristes qui s’abandonnent à un luxe tapageur. De l’autre, des zones franches dans lesquelles dix mille ouvriers se crèvent pour un salaire de trente dollars par semaine. Entre les deux, quelques kilomètres seulement.

La Jamaïque n’est pas bien grande ... Ancienne colonie britannique, elle comptait à la fin du XIXe siècle plus de trois cent mille esclaves. Aujourd’hui, on peut affirmer qu’ils sont près de deux millions.

Deux millions d’individus condamnés au sous-développement par une dette extérieure qui engloutit les deux-tiers du budget national !

Deux millions d’hommes et de femmes condamnés à subir la voracité de quelques multinationales devant lesquelles le Fonds monétaire international (FMI) a déployé un tapis rouge.

Des membres des associations ATTAC et Survie seront présentes afin de débattre sur notamment les effets des programmes d´ajustements structurels imposés par le FMI, la B.M et l´OMC et sur les nouveaux Accords de Partenariat Economique avec les pays ACP.


Lire la suite

Radio Françafrique, Interview de Tiken Jah Fakoly et de Vincent Ouattara

6 Mars 2009 , Rédigé par survie.midipyrenees@free.fr Publié dans #Documents audios et vidéos

Samedi 7 Mars à 13H00

sur Campus FM (94FM)
émission "Françafrique" n°14
(en ligne)
Hommage à Norbert Zongo,
Interview de Tiken Jah Fakoly et de Vincent Ouattara




Norbert Zongo était un journaliste burkinabè, directeur de publication de l’hebdomadaire L'Indépendant . Il menait une enquête sur la mort mystérieuse de David Ouedraogo, le chauffeur de François Compaoré, frère du président Blaise Compaoré. Norbert Zongo et trois proches ont été retrouvés morts et calcinés dans leur véhicule le 13 décembre 1998 . 10 ans plus tard, l'émotion soulevée au Burkina est toujours très forte et de nombreuses commémorations ont eu lieu ici et là bas.

Ainsi, profitant de la présence de Tiken Jah Fakoly et de Vincent Ouattara à Toulouse au moment de cette commémoration, le premier pour un concert et le second invité pour un débat par Survie Midi Pyrénées, nous avons réalisé cette interview en hommage à Norbert Zongo ainsi qu'aux grandes figures africaines de résistance au néocolonialisme...



Pour écouter l'émission en ligne: http://www.afriradio.net/auteur51.html 


Signez la pétition Justice pour Norbert Zongo


Lire la suite

Billets d'Afrique n°178, mars 2009

6 Mars 2009 , Rédigé par survie.midipyrenees@free.fr Publié dans #Billets d'Afrique et d'ailleurs

Billets d'Afrique n°178, mars 2009

Le mensuel de l'association Survie
SOMMAIRE


- LES BRÈVES DE LA FRANÇAFRIQUE

  • Le blues du businessman
  • Circulez ! Il n’y a plus rien à voir
  • Mayotte : un gros mensonge
  • Mayotte : Une porte de sortie ?
  • La part des “anges”

- FRANCE
Happy birthday, la « rupture » !
Un an après le discours du Cap, où en sont les changements annoncés par Nicolas Sarkozy en matière militaire dans la politique de la France en Afrique

- FRANCE RWANDA
Les complicités de la classe politique française
La complicité française dans le génocide reste un sujet tabou pour notre classe politique. Retour sur quinze ans d’omertà pesante.

- CONGO-RWANDA
Sarko : « La France n´a pas à rougir de ce qu´elle a fait »
Dans une interview accordée à la presse congolaise, Nicolas Sarkozy, est revenu sur son discours tenu, le 16 janvier, devant le corps diplomatique français. Certains de ses propos avaient scandalisés les Congolais.

- PIERRE PÉAN
Le monde selon P. : Puant !

Sous couvert de « scoop » sur Bernard Kouchner, le nouveau livre de Pierre Péan constitue, en fait, la suite de la campagne négationniste au service de ceux qui craignent d’avoir à répondre un jour de complicité de génocide.

- UNION DES COMORES
Débat parlementaire sur Mayotte : retenir le meilleur ou le pire ?
C’est sans doute la première fois depuis 1981 qu’il est rappelé à l’Assemblée nationale et du Sénat que la France occupe illégalement Mayotte. Un débat qui intervient à quelques jours du référendum pour la départementalisation de l’île.

- MAURITANIE
Péril en la demeure
Au pouvoir depuis le coup d’État du 6 août 2008, la junte mauritanienne, réunie en Haut Conseil d’État (HCE), mène le pays dans une impasse très dangereuse. La France conserve des positions très ambiguës.

- CAMEROUN
Une répression sanglante
Un récent rapport pointe les violations des Droits de l’homme commises à l’occasion des troubles politiques et sociaux de février 008. Des violations qui n’ont pas ému la France.

- CAMEROUN
Ambiance délétère
Le régime de Paul Biya, sourd à toute critique, tance la communauté internationale

Lire la suite
1 2 > >>